A la Une

L’armée syrienne libère 16 villages des terroristes dans la province de Hama

© Sputnik. Mikhail Alaeddin

Au cours de la dernière journée l’armée gouvernementale syrienne a réussi à libérer des terroristes 16 villages dans la province de Hama, selon le journaliste de Sputnik.

Les forces du gouvernement syrien ont pris le contrôle de 16 villages dans le nord de la province de Hama au cours des 24 dernières heures, a rapporté un journaliste de Sputnik le vendredi 31 mars.

Selon le personnel militaire syrien participant à l’offensive de Hama contre les forces du Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), les terroristes ont subi de lourdes pertes et se sont retirés à la frontière avec la province d’Idlib.

« Les soldats de l’armée syrienne ont capturé deux chars et deux autres pièces d’équipement militaire lors de l’attaque d’aujourd’hui », a déclaré un officier de l’armée à Sputnik.

L’offensive de l’armée gouvernementale syrienne, appuyée par l’artillerie et les forces aériennes du pays, se poursuit près des villages de Halfaya, Souran et Tel-Beit-al-Imam entre les provinces de Hama et Idlib.

Il y a quelques semaines les terroristes ont déclenché une offensive à grande échelle dans les provinces de Hama de d’Idlib.

Selon certains rapports, l’attaque a impliqué plus de 10 000 djihadistes du groupe terroriste de Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra) et des groupes armées alliés. Pendant les combats, plus de 2 000 assaillants ont été éliminés.

Source: Sputnik News

Les USA ont reconnu «la force d’Assad»

1023997774

© AP Photo/ Dusan Vranic

Les déclarations de responsables américains sur l’avenir du président syrien Bachar el-Assad traduisent la reconnaissance de sa force et l’abandon de la politique stérile de l’ex-président des États-Unis Barack Obama, estime le sénateur russe Alekseï Pouchkov.

Jeudi, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson, en visite officielle à Ankara, a déclaré que c’était au peuple syrien de décider de l’avenir de Bachar el-Assad.

Toujours jeudi, l’ambassadrice des États-Unis à l’Onu Nikki Haley a communiqué pour sa part que le départ du président syrien ne faisait plus partie des priorités des États-Unis en Syrie.

« Les États-Unis ne considèrent plus l’éviction d’el-Assad comme leur priorité en Syrie. Ce changement constitue la reconnaissance de sa force et l’abandon de la politique stérile d’Obama », a écrit Alekseî Pouchkov sur Twitter.

США уже не считают отстранение Асада своим приоритетом в Сирии. Этот сдвиг – признание его силы и отказа от провалившейся политики Обамы.

Selon M. Pouchkov, en déclarant en 2012 que les jours du président syrien étaient comptés, Barack Obama n’avait pas pris en considération le facteur de la Russie.

« Maintenant, il (Obama) a tout son temps pour compter les jours d’el-Assad. Pourvu qu’il ne perde pas le compte », a résumé le sénateur.

Source: Sputnik News

Washington prépare une décision «très significative» pour abandonner le changement de régime en Syrie

1048718320

© REUTERS/ Omar Sanadiki

Les principaux diplomates américains, y compris le secrétaire d’État américain Rex Tillerson et l’ambassadeur des États-Unis à l’ONU Nikki Haley, ont indiqué que Washington ne veut plus que le président syrien Bashar al-Assad démissionne. Dans une interview accordée à Radio Sputnik, le journaliste et érudit, le Dr Lorenzo Trombetta, a qualifié ce changement de politique de «très important».

« Certainement, c’est un changement très important, au moins sur un plan formel », a-t-il dit, ajoutant que la stratégie de Washington en Syrie a changé de facto lorsque John Kerry a remplacé Hillary Clinton en tant que secrétaire d’État américain. En conséquence, l’attitude des États-Unis est de plus en plus alignée « avec la rhétorique russe et l’approche russe », a déclaré l’analyste.

Moscou a toujours soutenu que les Syriens sont les seuls à pouvoir déterminer le sort de leur pays et ont choisi son gouvernement, un contraste radical avec ce que les États-Unis et leurs alliés ont déclaré être le bon moyen de résoudre la guerre dévastatrice. Des hauts fonctionnaires américains et européens ont longtemps demandé au président Bashar al-Assad de démissionner, affirmant que c’était une condition préalable nécessaire pour lancer le processus de paix.

Cependant, jeudi, l’envoyé des Etats-Unis aux Nations Unies, Nikki Haley, a réitéré que les décideurs politiques aux États-Unis considéraient toujours Assad comme «un obstacle», mais a ajouté que «notre priorité n’est plus de s’asseoir et de se concentrer sur l’assassinat d’Assad». Pendant ce temps, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a déclaré que le statut d’Assad « sera décidé par le peuple syrien ».

Ces commentaires semblent confirmer ce que l’administration Trump a choisi comme la plus haute priorité de la politique étrangère, à savoir la défaite de Daesh et d’autres groupes djihadistes.

Trombetta, un consultant indépendant du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, affirme que les commentaires des diplomates américains ont récemment « formalisé » le changement qui a été provoqué par John Kerry. Il a souligné que la tendance elle-même n’est pas nouvelle. Cependant, beaucoup discutent si l’administration Obama a véritablement abandonné son mantra «Assad doit aller» dans ses dernières années au pouvoir.

Trombetta, spécialiste de l’histoire syrienne contemporaine, a expliqué que la décision de Washington semble avoir été partiellement en réponse aux changements qui ont eu lieu sur le champ de bataille syrien.

« L’administration Trump avance en disant qu’il n’est plus intéressé par le changement de régime dans une certaine mesure parce que le contexte régional a changé », a déclaré l’analyste, en se référant aux réalisations de la Russie dans son engagement militaire limité en Syrie.

Moscou a lancé son opération le 30 septembre 2015 suite à une demande formelle de Damas. Le pays a été crédité d’aider le président Bashar al-Assad à tourner la marée de la guerre. En particulier, le soutien de la Russie a contribué à libérer Alep, l’une des plus grandes villes de Syrie, ainsi que les ruines anciennes de Palmyre.

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source: Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :