A la Une

Le blâme de Tillerson à la Chine pour l’Afrique est futile: experts

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Rex Tillerson aurait été très bien s’il avait coupé son discours de 27 minutes un peu court le 6 mars à l’université George Mason avant de se lancer dans un voyage dans cinq nations en Afrique.

Il a choisi de reprocher à la Chine ses activités en Afrique, affirmant qu’elle encourageait la dépendance à l’aide de contrats opaques, de pratiques de prêt abusives et de transactions corrompues qui contrarient les nations et sapent leur souveraineté, leur niant leur croissance à long terme et autosuffisante.

Le haut diplomate des USA a également attaqué la Chine comme une puissance coloniale avant son voyage en Amérique latine il y a un mois, pour être rencontré par le ministre péruvien du Commerce et du Tourisme, Eduardo Ferreyros, qui a salué la Chine comme un bon partenaire commercial.

La même chose est vraie en Afrique. « Je pense que les Africains sont assez mûrs pour s’engager dans des partenariats de leur propre volonté qui seront utiles pour le pays – pour les pays et le continent », a déclaré le président de l’Union africaine, Moussa Faki. .

Le ministre des Affaires étrangères de Djibouti, Ali Youssouf, a démenti le battage médiatique de la dette de son pays envers la Chine, déclarant que « cela est gérable » et « permettez-moi d’abord de souligner qu’aucun pays ne peut se développer sans infrastructure solide. Et la Chine est, de ce point de vue, un très bon partenaire. »

En fait, lorsque Tillerson a atterri à Addis Abeba, capitale de l’Éthiopie, mercredi dernier, lors de la première étape de son voyage, il aurait été surpris de voir un système de train léger moderne construit par China Railway Group Ltd et mis en service en 2015, un an après avoir fait une tournée de reportage à la nation africaine en pleine ascension.

Il aurait également été frappé par un chemin de fer moderne de 759 km reliant Addis au Djibouti voisin qui a commencé ses activités commerciales le 1er janvier de cette année. Plus de 95% du commerce de l’Ethiopie sans littoral passe par Djibouti.

Quand Tillerson a affirmé que les Etats-Unis d’Amérique voyaient un bel avenir en Afrique, je pensais qu’il voulait dire la Chine, non seulement parce que j’ai écrit sur l’optimisme chinois en Afrique, mais la BBC a également rapporté la semaine dernière que les entreprises chinoises avaient considérablement amélioré leurs infrastructures dans un certain nombre de pays.

Les Chinois croient que l’Éthiopie et de nombreux pays africains ont le potentiel de répéter le miracle économique de la Chine tout en évitant toutes les erreurs que la Chine a commises au cours des quatre dernières décennies.

Tillerson aurait dû visiter la zone industrielle de l’Est à Dukem, juste à l’extérieur d’Addis, où les entreprises chinoises contribuent à la modernisation industrielle locale, à la formation des travailleurs et à la création de dizaines de milliers d’emplois. Cela invaliderait instantanément toutes les accusations de Tillerson à propos de la Chine.

David Dollar, ancien émissaire du Trésor des Etats-Unis d’Amérique à Pékin sous l’administration Obama et ancien directeur de la Banque mondiale pour la Chine, a mené des recherches approfondies sur la Chine en Afrique et en Amérique latine. Quand j’ai demandé son point de vue sur les accusations récemment portées par Tillerson et Hillary Clinton il ya quelques années, il a dénoncé leurs paroles comme « absurdes », « difficiles à étayer » et « humiliantes » pour les pays africains et latino-américains.

Douglas Paal, directeur du programme Asie de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, vient de rentrer d’un voyage d’étude en Afrique. Lors d’une conférence à la Brookings Institution mercredi dernier, il a salué l’activité économique de la Chine et a déclaré que les pays l’ont bien accueilli.

Paal, un expert de la Chine qui a servi dans l’administration de George H. W. Bush, a qualifié le discours de Tillerson de « terrible », « d’un discours appauvri sur le plan conceptuel et contreproductif » et « orientant la politique des Etats-Unis d’Amérique dans la mauvaise direction ».

Deborah Brautigam, directrice de l’Initiative de recherche Chine-Afrique à la Johns Hopkins School of Advanced International Studies, a été citée par CNN samedi en disant que Tillerson ressemble beaucoup à la secrétaire d’Etat Hillary Clinton [candidate malheureuse à la dernière élection présidentielle des USA].

« Il commet les mêmes erreurs fondamentales en analysant ce que fait la Chine en Afrique », a déclaré M. Brautigam, ajoutant que le fait d’accuser l’investissement chinois de créer peu d’emplois « ne reflète pas fidèlement la situation dans de nombreux pays ».

Le discours de Tillerson pourrait détourner les nations africaines de la colère contre le président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump qui aurait ridiculisé les nations africaines en janvier en les qualifiant de « pays shitholes » ou de ses propres actions au moment où il a poussé pour des affaires dans des pays africains largement accusés de corruption et de médiocres droits de l’homme en sa qualité de directeur général d’Exxon Mobil. Les exportations de pétrole africain représentent quelque 90% du commerce entre les États-Unis d’Amérique et l’Afrique.

Le fait que Tillerson soit le plus haut fonctionnaire des Etats-Unis d’Amérique à se rendre en Afrique 14 mois après l’arrivée de l’administration Trump prouve son manque d’intérêt pour le continent. Le Département d’Etat actuel n’a pas encore rempli le poste de secrétaire adjoint pour les affaires africaines.

Les États-Unis d’Amérique ont également réduit leurs programmes de l’USAID en Afrique et leur contribution au maintien de la paix de l’ONU, dont une grande partie est menée en Afrique.

Quel que soit le motif, le projet de Tillerson a peu de chances de réussir devant l’énorme enthousiasme et l’optimisme chinois des pays africains. Bien sûr, l’Afrique en profiterait beaucoup plus si les Etats-Unis d’Amérique, au lieu de faire du tapage à propos de la Chine, pouvaient se joindre à la Chine pour exploiter l’énorme potentiel de croissance du continent.

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Ecns.cn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :