A la Une

Ituri: la violence, le pétrole, et le géant français TOTAL

Le géant pétrolier français TOTAL et ses partenaires ont annoncé le renouvellement de leur permis d’exploration, obtenu en 2012 pour une période de cinq ans en République Démocratique du Congo. Cependant, la zone de cette exploitation est située en pleine région de l’Ituri où une étrange vague de tueries a fait surface depuis plusieurs semaines.

Selon l’agence Eikon, chargée de la couverture des activités des entreprises dont Total, la zone concernée par cette exploration est le bloc 3 situé dans le Graben albertine au nord-est de la RDC.  Ce permis d’exploration couvre toute l’année 2018 et sera valable jusqu’en janvier 2019.

Cependant, Graben albertine au nord-est, y compris ce bloc 3, est en réalité située dans la province de l’Ituri, sur la rive du Lac Abert, où, selon l’ONU, plus de 57.000 personnes ont fui les conflits inter-communautaires, les violences interethniques et abus sexuels de cette zone pour se réfugier en Ouganda.

« Depuis le début de l’année, nous avons vu en moyenne au moins quelque 1.000 (personnes) par jour fuir les provinces d’Ituri et du Nord-Kivu et arriver en Ouganda« , a déclaré un porte-parole du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch.

Crainte de corrélation

La majorité des réfugiés arrivent en traversant le lac Albert. Ces personnes fuient depuis décembre la reprise des violences intercommunautaires et des affrontements entre groupes armés et l’armée dans la province de l’Ituri dans le nord-est de la RDC.

Ces violences « sont liées à la détérioration de la situation sécuritaire, aux conflits internes et aux tensions intercommunautaires », a indiqué aux médias M. Baloch, citant des viols, des meurtres, des villages brûlés et autres attaques.

A la lumière de cette licence octroyée au français TOTAL, beaucoup s’interrogent si ces tueries n’avaient pas pour objectif de degager les populations civiles de cette zone. « Il y a clairement une corrélation entre les tueries et ces contrats de Pétrole. Sur place, personne n’arrive à dire qui attaque réellement les populations civiles. Les Héma et le Lendu ont d’ailleurs dénoncé une manipulation autour de ces crimes. Il faut que la Communauté internationale s’imprègne de cette situation », explique un défenseur des droits de l’homme basé à Bunia.

Un conflit foncier avait dégénéré en 1999 en massacres entre ethnies des Hema et Lendu, qui avaient alors chacun une branche armée et des miliciens. Les combats, qui portaient sur le contrôle de cette région riche en or, avaient fait plus de 60.000 morts et 600.000 déplacés, selon Human Rights Watch.

Attribué en janvier 2012, le permis d’exploration du bloc III du Graben Albertine est opéré par Total en partenariat avec la société Semliki et le gouvernement de la RDC. Le tiers de la surface du bloc III est situé dans le Parc National des Virunga.

Source: Politico

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :