A la Une

Les gardes d’élite iraniens abattent l’offre de réunion de Trump

© Christian Ohde / Global Look Press

Le chef de l’élite des Gardiens de la révolution islamique (IRGC) a déclaré que les officiels iraniens ne rencontreraient jamais Donald Trump, « ou tout autre président des Etats-Unis d’Amérique ».

« Monsieur Trump! L’Iran n’est pas la Corée du Nord pour accepter votre offre de réunion », a déclaré le commandant du CGRI, Mohammad Ali Jafari, cité par l’agence d’Etat Fars News. « Même les présidents des Etats-Unis d’Amérique après vous ne verrez pas ce jour-là. »

La déclaration de Jafari survient juste un jour après que Trump a exprimé sa volonté de rencontrer le président iranien Hassan Rouhani « quand il le veut », sans conditions préalables. Rencontrer ses adversaires iraniens, a déclaré Trump, serait « bon pour le pays, bon pour eux, bon pour nous et bon pour le monde. »

Les représentants des deux parties ont toutefois souligné la nécessité de remplir certaines conditions avant qu’une réunion puisse avoir lieu. Quelques heures après que Trump ait prolongé l’offre à Téhéran, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo a contredit Trump et a placé une série de conditions sur n’importe quelle réunion future.

« Si les Iraniens démontrent un engagement à apporter des changements fondamentaux dans la façon dont ils traitent leur propre peuple, réduisent leur comportement malin, peuvent accepter qu’il vaut la peine de conclure un accord nucléaire qui empêche réellement la prolifération, alors le président a dit qu’il était prêt à avoir la conversation avec eux « , a déclaré Pompeo à CNBC.

Depuis que Trump a retiré les Etats-Unis d’Amérique du JCPOA, l’accord nucléaire qui garantissait à l’Iran des sanctions en échange d’un arrêt du développement des armes nucléaires, le Département d’Etat de Pompeo a maintenu sa campagne de pression contre le gouvernement iranien.

En mai, Pompeo a formulé 12 demandes que les dirigeants iraniens devraient réunir avant que les États-Unis d’Amérique concluent un nouvel accord nucléaire avec la République islamique. Ces conditions comprenaient l’arrêt complet des programmes d’armement nucléaire de l’Iran, le retrait complet de ses forces de Syrie et la fin de son soutien aux groupes terroristes étrangers comme le Hezbollah et le Hamas.

L’Iran a également établi ses propres conditions préalables à toute réunion avec les Etats-Unis d’Amérique. Hamid Aboutalebi, un des conseillers de Rouhani, a tweeté lundi que les Etats-Unis d’Amérique devraient rejoindre le JCPOA, donner le « respect à la grande nation de l’Iran » et « réduire les hostilités », avant que toute réunion puisse avoir lieu. Le vice-président du parlement iranien, Ali Motahari, a fait écho aux propos d’Aboutalebi, affirmant qu’il serait « humiliant » pour l’Iran d’avoir des entretiens avec les Etats-Unis d’Amérique en ce moment.

Hamid Aboutalebi

@DrAboutalebi

سال گذشته در مجمع عمومی UN پس از تهدید ملت بزرگ ایران، موضوع ملاقات دو رییس جمهور مطرح شد؛ اکنون هم پس از خروج از برجام، ملاقات بدون پیش شرط عنوان می شود!
کسانی که به گفتگو به عنوان روش حل اختلافات در جوامع متمدن باور دارند، باید به ابزار آن هم ملتزم باشد: pic.twitter.com/NN0jK8evmh

Hamid Aboutalebi

@DrAboutalebi

احترام به ملت بزرگ ایران،
کاهش خصومت ها،
وبازگشت آمریکابه برجام،
هموارکننده مسیر سنگلاخ کنونی است؛ گفتگوی تلفنی روسای جمهوردوکشور درUN در۱۳۹۲،بر این باوراستواربودکه می توان با التزام به ابزارگفتگودرمسیر اعتمادسازی گام برداشت.
برجام دستاورد التزام به گفتگو است؛بایدآن را پذیرفت.

Alors que les gardiens de la révolution ne parlent pas pour Rouhani, ils sont une force influente en Iran. Lundi, ils ont lancé un avertissement à Rouhani pour qu’il prenne des « actions révolutionnaires » pour arrêter l’effondrement de la monnaie iranienne, qui a chuté à 112 000 rials pour un dollar, perdant la moitié de sa valeur en quatre mois.

La chute de valeur intervient alors que les entreprises se préparent à la pleine force des nouvelles sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre l’Iran, qui devraient entrer en vigueur en août et en novembre.

Les relations entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Iran, bien que généralement rocailleuses, n’ont cessé de s’aggraver depuis que le président Trump s’est retiré du JCPOA en mai. Rouhani et Trump ont échangé des mots durs ces derniers jours, avec Rouhani avertissant Trump que l’action des USA contre l’Iran mènerait à la «mère de toutes les guerres», et Trump répondant avec un tweet bizarre, toutes les caps menaçant Rouhani avec les «CONSEQUENCES SIMILAIRES DONT PEU DANS L’HISTOIRE ONT JAMAIS SOUFFERT AUPARAVANT.»

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :