A la Une

La Turquie prête à négocier des devises locales avec la Chine, la Russie, l’UE au lieu du dollar, déclare Erdoğan

AA Photo

A ce rythme si le mouvement se poursuit, seuls les plus faibles et les fidèles alliés resteront les otages du dollar USA

Le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré samedi que la Turquie se préparait à commercer avec ses principaux partenaires commerciaux comme la Chine, la Russie, l’Iran et l’Ukraine en devises locales au lieu du dollar des Etats-Unis d’Amérique, ajoutant qu’elle était également prête à faire de même avec les pays européens.

S’adressant aux membres du parti au pouvoir, le Parti du développement et le Parti du développement (Parti AK), dans la province de la mer Noire, le Président Erdoğan a également qualifié les taux d’intérêt d’outil d’exploitation qui devrait être maintenu aussi bas que possible.

« Les taux d’intérêt devraient être réduits au minimum, car ils constituent un outil d’exploitation qui appauvrit les pauvres et enrichit les riches », a-t-il ajouté.

La Banque centrale, nominalement indépendante, a défié les pressions au cours des dernières semaines pour relever les taux d’intérêt face à la forte inflation et à la dégringolade de la monnaie.

Trump a annoncé un doublement des tarifs de l’acier et de l’aluminium sur les importations turques quelques jours après le retour d’une délégation turque de Washington sans progrès concernant la détention du pasteur des Etats-Unis d’Amérique Andrew Brunson, assigné à résidence en Turquie pour terrorisme.

« Je viens d’autoriser un doublement des tarifs sur l’acier et l’aluminium vis-à-vis de la Turquie car leur devise, la livre turque, chute rapidement face à notre dollar très fort! L’aluminium atteindra désormais 20% et l’acier 50% », a-t-il déclaré à Twitter post

Traduction et Titre 2 : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Daily Sabah

La Turquie se voit un partenaire à long terme en Chine

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) serre la main avec son homologue chinois Xi Jinping après l’intervention d’Erdogan lors de la cérémonie d’ouverture du Forum Ceinture et Route à Pékin le 14 mai 2017. Photo: AFP / Mark Schiefelbein

Le président Erdogan déclare que son pays, au milieu de la crise avec Washington, pourrait être contraint de rechercher de «nouveaux amis»

Le président Recep Tayyip Erdoğan de la Turquie, dont la monnaie de son pays est en chute libre, a critiqué vendredi les « actions unilatérales contre la Turquie par les Etats-Unis d’Amérique, notre allié depuis des décennies ». Dans un éditorial du New York Times, il a déclaré que si de telles actions se poursuivent, la Turquie devra « chercher de nouveaux amis et alliés ».

La Chine est sûrement l’un de ces «nouveaux amis potentiels», comme en témoigne le fait que les relations économiques entre les deux pays, alimentées par les attentes croissantes suscitées par l’Initiative «Ceinture et route», ont considérablement augmenté récemment.

À court terme, alors que l’économie turque traverse une période difficile et que la monnaie locale continue de déraper, la Turquie a besoin de – plus que jamais – sécuriser les ressources financières externes. L’accès à la finance chinoise est, dans ces conditions, plus que bienvenu pour Ankara.

Pourtant, ce que la Turquie attend de la Chine en tant que « nouvel ami », c’est plus que le sauvetage pour l’économie d’un jour.

Un plan d’action de 100 jours publié par le gouvernement turc la semaine dernière, qui devrait permettre d’instaurer une politique durable dans tous les secteurs, mentionne la Chine à plusieurs reprises.

Le Marché Panda

La portion du plan de 100 jours qui relève du ministère du Trésor et des Finances fait explicitement référence à la «nécessité pour la Turquie de diversifier les ressources et instruments financiers étrangers». La Chine est désignée comme source potentielle de cet effort.

Elle déclare que la Turquie « s’ouvrira au marché chinois pour l’emprunt extérieur et obtiendra des prêts à partir du marché Panda de la Chine ».

Dans la période qui a précédé la publication du plan de 100 jours, le ministère des Trésors et des Finances a annoncé une nouvelle ligne de crédit en provenance de Chine, évaluée à 3,6 milliards de dollars USA. Cette ligne de crédit doit être utilisée pour soutenir le secteur privé, les institutions publiques et les banques – une première étape importante dans le cadre de 100 jours, qui sera probablement reproduit.

Le ministère turc du commerce a récemment déclaré que la Chine était l’un des quatre marchés prioritaires pour les produits turcs, les autres étant la Russie, l’Inde et le Mexique.

Le plan d’action de 100 jours de ce ministère comprend également des efforts renouvelés pour améliorer l’utilisation des devises locales dans le commerce extérieur, plutôt que des devises de pays tiers telles que le dollar ou l’euro.

La présence de deux banques chinoises – ICBC et Bank of China – en Turquie aidera à faciliter l’utilisation de la monnaie officielle de la Chine, le renminbi, en Turquie.

Le plan d’action de 100 jours pour le ministère de la Culture et du Tourisme distingue également la Chine comme une source clé de touristes.

La volonté d’attirer une plus grande part du marché du tourisme chinois est depuis longtemps sur la liste de souhaits des Turcs.

En 2001, Ankara a autorisé un porte-avions de l’époque soviétique, acheté par les Chinois à quitter l’Ukraine, à traverser le détroit de Turquie en échange de la promesse que Pékin enverrait chaque année un million de touristes chinois en Turquie. Le marché ne marchait pas très bien – le volume promis de touristes chinois n’était pas arrivé, bien que le porte-avions rénové serve maintenant avec la marine de libération du peuple.

Le bond du tourisme chinois était néanmoins significatif. En 2017, selon les données du gouvernement turc, 247 000 citoyens chinois se sont rendus en Turquie, soit seulement un quart du nombre prévu, ce qui représente un bond de près de 50% par rapport à l’année précédente.

100 jours de Chine

Le plan d’action de 100 jours du gouvernement turc comprend des mesures à prendre pour consolider son partenariat avec la Chine, mais le véritable instrument pour étendre cette relation à un partenariat durable à long terme est l’initiative Belt and Road.

Dans ce cadre, la Turquie a déjà signé plusieurs accords avec la Chine pour améliorer ses réseaux logistiques.

Les entreprises chinoises sont déjà impliquées dans un certain nombre de projets ferroviaires à grande vitesse dans toute la Turquie, et leur part de marché augmentera probablement dans un avenir proche.

Une société chinoise détient 65% du port à conteneurs près d’Istanbul et continue de moderniser ses terminaux.

Entre-temps, la coopération énergétique entre les deux pays prend de l’essor, en particulier dans le secteur de l’énergie nucléaire. Les deux parties ont conclu un accord global de coopération dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, depuis la construction d’une centrale nucléaire en Turquie jusqu’à la formation d’ingénieurs nucléaires.

Pour la Turquie, la Chine est une source précieuse non seulement de financement, mais également d’infrastructure, de technologie et de savoir-faire.

Pour la Chine, la Turquie se situe stratégiquement au cœur du projet Belt and Road en tant que connecteur entre l’Asie et l’Europe. Accroître sa présence économique en Turquie est d’une importance vitale pour Pékin, car la Turquie est bien placée pour être une plaque tournante dans la région de la Méditerranée orientale desservant les Balkans, l’Europe, le Moyen-Orient et le Caucase.

En d’autres termes, il s’agit d’avantages mutuels pour la Turquie et la Chine – existants et attendus.

Le chroniqueur d’Asia Times, David P. Goldman, conclut dans un article du 10 août que Pékin va « absorber la Turquie dans la grande économie chinoise », conduisant Ankara à « se transformer en une satrapie économique de la Chine ».

La vision de Goldman selon laquelle «les conteneurs de pièces fabriquées en Chine (arrivant) par voie ferrée en Anatolie pour être assemblés en Europe et au Moyen-Orient seront vendus» est non seulement réaliste, mais se produit déjà.

Les produits et composants intermédiaires fabriqués en Chine entrent dans le système économique turc, réduisant les coûts de production et procurant un avantage concurrentiel aux exportateurs.

Pourtant, ses conclusions peuvent être tirées par les cheveux.

L’Ouest toujours le meilleur

Les Turcs considèrent la Chine comme un « nouvel ami », une nouvelle source non seulement de capital mais aussi de technologie et d’autres biens, et l’initiative de la ceinture et la route suscite certainement de l’enthousiasme, à la fois pour le gouvernement que le secteur privé.

Cependant, l’économie turque est trop intégrée à l’Occident pour devenir le satellite chinois. En 2017, selon l’Institut turc des statistiques, les exportations de la Turquie vers la Chine équivalaient, en dollars, à seulement 19,4% des exportations vers l’Allemagne, soit 33,9% des exportations vers les Etats-Unis d’Amérique.

L’Union européenne est de loin le plus grand marché d’exportation pour la Turquie, et la diaspora turque forte de quatre millions de personnes en Europe s’efforce de maintenir et de développer cette relation.

Dans le domaine des investissements en Turquie, le tableau est encore plus sombre.

En avril 2018, selon les données de la Banque centrale de Turquie, 72,1% des stocks d’investissements directs étrangers en Turquie provenaient d’Europe et 7,6% des États-Unis d’Amérique, tandis que la part de la Chine était de 1,1%.

Ces chiffres ne font certainement pas allusion à ce que Goldman appelle une « Sinification de la Turquie », bien qu’il soit évident que la part de la Chine sur le marché turc augmentera relativement dans un avenir proche.

Les questions politiques actuelles mises à part, ce que la Turquie doit faire pour restaurer la santé de son économie, c’est de renforcer ses liens mondiaux.

La substitution de l’Europe et des États-Unis d’Amérique en tant que partenaires économiques avec la Chine n’est pas une option, compte tenu des chiffres ci-dessus.

L’option la plus judicieuse est de diversifier le portefeuille, de maintenir et de développer des liens économiques avec des partenaires établis en Occident, tout en explorant les opportunités avec des partenaires potentiels à l’Est, comme la Chine.

Les problèmes politiques que la Turquie rencontre actuellement avec l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique sont temporaires, tandis que les intérêts économiques mutuels établis au fil des décennies perdureront.

Pour la Turquie, la stratégie doit consister à «faire de nouveaux amis» tout en nouant des liens avec de vieux amis.

Altay Atli

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Asia Times

1 Trackback / Pingback

  1. La Turquie prête à négocier des devises locales avec la Chine, la Russie, l’UE au lieu du dollar, déclare Erdoğan | Réseau International

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :