A la Une

La Turquie et la Syrie au bord de la GUERRE à Idlib: comment en est-on arrivé là?

Image d’archives

PHOTO DE FICHIER. Un soldat de l’armée syrienne tient un drapeau syrien alors qu’il se tient sur un véhicule militaire à Khan Sheikhoun, Idlib, Syrie. © REUTERS / Omar Sanadiki

Des développements alarmants à Idlib en Syrie ont vu des dizaines de soldats turcs tués dans une frappe aérienne syrienne et Ankara riposter avec ses propres tirs et fureur. Mais quiconque suit le conflit sait que l’escalade n’a pas commencé du jour au lendemain. [La Turquie s’étant auto-invité pour soutenir les terroristes, d’abord sous un faux prétexte : la guerre contre les kurdes, puis il a joué le rôle de Cheval de Troie –  MIRASTNEWS].

Le gouvernorat d’Idlib, situé dans la partie nord-ouest de la Syrie à la frontière avec la Turquie, est le dernier bastion majeur des groupes armés qui se battent pour renverser le gouvernement du président syrien Bashar al-Assad depuis plusieurs années. La région a été épargnée par une offensive de l’armée syrienne en 2018 à la demande de la Turquie, qui a déclaré qu’elle ne voulait pas faire face à un nouvel afflux de réfugiés en provenance de Syrie après avoir déjà accueilli quelque 3,6 millions de personnes.

Qui se bat contre qui

Beaucoup de combattants à Idlib venaient d’ailleurs. Certains sont des mercenaires étrangers, qui sont arrivés en Syrie pour rejoindre divers groupes djihadistes financés par des pays comme le Qatar et l’Arabie saoudite et n’ont pas quitté le pays après que l’intervention militaire russe a renversé la vapeur en faveur de Damas. D’autres sont des Syriens, qui faisaient partie des forces anti-gouvernementales dans des points chauds libérés comme Alep ou Douma, et ont obtenu un passage sûr à Idlib.

Même l’OTAN ne veut pas toucher le désordre turc d’Idlib avec un poteau de trois mètres

La Turquie, qui faisait partie des partisans des combattants anti-Assad [par laquelle de nombreux combattants étrangers ont transité pour aller en Syrie et qui coopérait dès le début de la crise avec les terroristesMIRASTNEWS], a une influence sur certains des groupes armés à Idlib. D’autres, comme Hayat Tahrir al-Sham (HTS) – la principale faction djihadiste syrienne qui a jadis prêté allégeance à Al-Qaïda – sont considérés comme des terroristes par Ankara. En réalité, les extrémistes combattent occasionnellement aux côtés des groupes soutenus par la Turquie contre les forces armées syriennes qui approchent et leurs alliés.

De quel accord de cessez-le-feu parle-t-on

L’accord de septembre 2018 entre la Turquie et la Russie a ouvert la voie à une désescalade de la violence à Idlib [C’était une stratégie adoptée par Erdogan pour mieux s’implanter en Syrie, flouant la Russie et l’IranMIRASTNEWS]. Une zone démilitarisée (DMZ) au sein de la zone détenue par les militants a été convenue, et les groupes terroristes, y compris HTS, devaient quitter entièrement cette zone tampon, tandis que les rebelles dits «modérés» n’avaient qu’à retirer des armes lourdes.

Damas a accepté de mettre un terme à l’offensive, tandis qu’Ankara était censé user de son influence dans la province syrienne pour convaincre davantage de groupes indépendants d’observer un cessez-le-feu et, finalement, de mettre un terme définitif aux hostilités. [Mais elle ne l’a pas fait, au contraire elle a utilisé ou toléré les djihadistes qui attaquaient les troupes syriennes et russes, et les terroristes ont acquis les technologies de fabrications de drones. Chaque fois que les terroristes étaient battus par l’Armée arabe syrienne, ies terroristes étaient envoyés dans cette zone, augmentant ainsi les effectifs des combattantsMIRASTNEWS].

Une chaîne de postes d’observation a été mise en place par la Turquie pour suivre la situation sur le terrain. Les groupes rejetant le plan et perpétrant des violences resteraient une cible légitime pour l’armée syrienne.

La Syrie a parfaitement le droit de combattre les terroristes à Idlib et la Russie ne peut pas interférer – Moscou

Mais l’accord n’a jamais fonctionné comme prévu, les deux parties s’accusant mutuellement de violations constantes. La Russie était également mécontente de la façon dont les choses se sont déroulées, puisque des militants à Idlib ont lancé régulièrement des attaques de drones contre la base aérienne russe de Lattaquié.

Que s’est-il passé en réalité

Pire encore, au lieu de se retirer, la faction djihadiste a en fait lancé une offensive à Idlib, le HTS gagnant en domination et conquérant une grande partie de la province. Sans que la fin des raids terroristes ne soit en vue, l’armée syrienne a repris l’offensive en avril 2019 et a commencé à prendre des villages et des villes dans le sud d’Idlib.

Zones de désescalade d’Idlib comme convenu avec la Turquie (à gauche) et zones de contrôle de facto au 28 février (à droite). Données du ministère russe de la Défense.

En plus de la sécurité, il y en avait une stratégique. Saraqib, la ville à l’est de la capitale provinciale Idlib, qui a connu des combats intenses ce mois-ci, se trouve sur une autoroute reliant Alep au nord de Hama, à Homs et Damas dans le sud de la Syrie.

Les avancées de l’armée syrienne ont troublé Ankara, car elles ont modifié l’équilibre des pouvoirs dans la région et ouvert la possibilité d’une offensive surprise contre Idlib, résultat que l’accord avec la Russie était censé empêcher. Il a également rapproché les troupes turques et syriennes, ce qui a accru le risque d’affrontements directs.

Jusqu’à 40 soldats syriens tués et 80 blessés alors que des militants organisent des attaques SIX à Idlib – Militaires russes

La Turquie a connu sa première perte importante de troupes sous le feu syrien à Idlib en août de l’année dernière, après qu’un de ses convois a été touché par une frappe aérienne syrienne. Damas avait, à son tour, affirmé que les Turcs fournissaient des armes et des munitions aux djihadistes. D’autres incidents similaires ont suivi, avec le dernier et le plus grave jeudi, dans lequel trente-trois soldats turcs ont été confirmés tués et des dizaines d’autres blessés. Jusqu’à présent, la Turquie a riposté en tirant sur les positions de l’armée syrienne à Idlib.

Moscou a déclaré que l’armée de l’air russe n’avait pas participé au raid meurtrier, mais a suggéré que les pertes auraient pu être bien pires si elle n’était pas intervenue pour arrêter les sorties syriennes. L’armée russe a ajouté que la frappe visait à empêcher une offensive HTS et que les forces turques n’étaient pas censées être là, selon la propre note d’Ankara.

Quels dangers recèle l’escalade  

La catastrophe de jeudi ne marque que les dernières victimes turques en Syrie. Ankara a mené plusieurs opérations militaires au cours des dernières années, avec des dizaines de soldats tués, selon les données officielles. Mais alors que les troupes turques n’avaient combattu auparavant que les milices kurdes et l’État islamique – du moins ouvertement – la frappe meurtrière a directement opposé les forces d’Ankara à celles de Damas.

La menace d’une guerre chaude Russie-Turquie-OTAN contre Idlib est une aubaine pour la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exigé que Damas retire toutes ses troupes d’Idlib d’ici la fin du mois de février, disant qu’autrement, il enverrait l’armée turque pour les expulser. Les autorités turques disent que les forces syriennes seront désormais désignées comme des cibles légitimes. Mais la Syrie ne semble pas céder aux ultimatums, même si les militants soutenus par la Turquie se battent avec acharnement contre les forces gouvernementales à Idlib.

Le conflit met également à rude épreuve les relations de la Turquie avec la Russie, qui se dirigent dangereusement vers leur nouveau point le plus bas depuis la crise de 2015, provoquées par l’abattage d’un avion de guerre russe par un avion de chasse turc à la frontière syro-turque. À ce jour, plusieurs séries de pourparlers entre les deux pays n’ont pas permis de résoudre la situation, qui semble de plus en plus instable.

«Guerre des nerfs»: la Turquie fait un «all-in» pour arrêter l’avancée syrienne à Idlib, mais cela se terminera-t-il par une guerre totale?

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Ankara: un autre soldat turc meurt dans une attaque d’artillerie à Idlib

Les troupes turques continuent d’attaquer les positions du gouvernement syrien dans la région.

Fumée après une attaque aérienne à Saraqib, dans la province syrienne d’Idlib, le 28 février 2020. Umit Bektas / Reuters

Le ministère turc de la Défense a signalé qu’un soldat turc avait été tué et deux autres blessés lors d’une attaque d’artillerie par les forces syriennes dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest du pays.

Le ministère a écrit dans son compte Twitter officiel que les troupes turques continuent d’attaquer les cibles du gouvernement syrien dans la région.

La situation dans la province d’Idlib s’est aggravée, après le 27 février, des membres du groupe terroriste Hayat Tahrir al Sham (anciennement Front Al Nusra) ont tenté de mener une vaste offensive contre les positions des troupes du gouvernement syrien.

L’armée syrienne a répondu aux terroristes, affectant également l’armée turque: 33 soldats sont morts et plus de 30 ont été blessés.

Le même jour, la Turquie a attaqué plusieurs objectifs du gouvernement syrien en représailles à la mort de ses soldats. Ankara a déclaré que Damas paierait un « prix élevé » pour son attaque « perfide ».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a précisé vendredi que la Russie et la Turquie sont disposées à continuer de coordonner la situation dans cette province syrienne et les pourparlers correspondants auront lieu ce vendredi à Ankara.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

La Turquie a détruit le système de missiles «Pantsir-S» des forces armées syriennes (vidéo)

La Russie aurait-elle donné la technologie des S-400 à la Turquie ou s’agirait-il d’un échange technologique avec Israël ?

DAMAS – Il y a quelques heures, l’armée de l’air turque a détruit sur le territoire syrien le ZRPK « Pantsir-S », qui se trouvait dans une position dans la province d’Idlib, a appris BulgarianMilitary.com citant plusieurs sources locales et turques.

Il s’est avéré que le système de défense aérienne était en état de préparation au combat, cependant, pour des raisons totalement inconnues, non seulement il n’a pas pu toucher le drone turc, mais ne l’a même pas détecté, bien que ce dernier ne soit qu’à quelques kilomètres de là.

Sur les images vidéo présentées, vous pouvez voir que le coup a été porté par un missile air-sol conventionnel, ce qui soulève de nombreuses questions concernant l’efficacité de l’utilisation des systèmes de défense antiaérienne russes.

L’activité du complexe est mise en évidence par un radar rotatif et des canons levés, alors qu’il n’y a pas de véhicules auxiliaires à proximité, ce qui indique que la machine n’a pas réapprovisionné les munitions.

Ni les parties russe ni syrienne n’ont pour l’instant commenté la destruction du système de missiles de défense aérienne Pantsir-S.

La Turquie est le deuxième pays au monde à avoir réussi à détruire le Pantsir russe – cela a été démontré à maintes reprises par l’armée israélienne, mais exclusivement à l’aide de roquettes anti-radar.

Pour quelles raisons l’armée syrienne a pu rater le drone turc – on ne sait cependant pas, à en juger par les données de tir, que ce dernier était dans le rayon du complexe.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : BulgarianMilitary.com

L’armée turque riposte dans le nord de la Syrie, 120 combattants du régime tués

Au moins 120 soldats du régime et militants chiites ont été tués vendredi dans des bombardements de l’armée turque sur des positions militaires dans le nord de la Syrie, a déclaré le commandant rebelle à Zaman al-Wasl.

Les lourds bombardements turcs sont survenus après que 33 soldats turcs ont été tués jeudi soir par les troupes du régime soutenu par la Russie dans l’attaque la plus meurtrière subie par l’armée turque en près de 30 ans.

L’armée turque a utilisé des tirs d’artillerie et des drones lors des attaques de vendredi.

Des sources affirment que des officiers supérieurs de l’armée ont été tués dans la ville de Zarba au sud de la ville d’Alep en raison de l’artillerie turque.

 Au moins 10 militants du Hezbollah ont également été tués dans des tirs d’artillerie contre des milices pro-iraniennes à Idlib, ont déclaré des militants.

Vendredi, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a décrit l’escalade des combats dans le nord-ouest de la Syrie comme « l’un des moments les plus alarmants » de la guerre de neuf ans et a appelé à un cessez-le-feu immédiat.

Les présidents de la Turquie et de la Russie ont parlé par téléphone pour tenter de désamorcer les tensions.

L’attaque de jeudi a fortement accru le risque d’affrontement militaire direct entre la Turquie et la Russie, bien que des responsables turcs aient blâmé la Syrie pour la frappe aérienne. La bourse turque a chuté de 10%, tandis que la livre turque a glissé face au dollar.

Dans leur appel téléphonique, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine ont discuté de la mise en œuvre des accords à Idlib, a déclaré le Kremlin. Fahrettin Altun, directeur des communications d’Erdogan, a déclaré qu’ils avaient convenu de se rencontrer « dès que possible ».

Deux frégates russes armées de missiles de croisière étaient en route vers la côte syrienne, ont annoncé des responsables de la marine russe. L’amiral Makarov et l’amiral Grigorovich de la flotte de la mer Noire ont tous deux déjà participé à l’offensive russe en Syrie.

L’attaque a marqué le jour le plus meurtrier pour l’armée turque depuis qu’Ankara est entré dans le conflit syrien en 2016 et a également été l’escalade la plus grave entre les forces syriennes soutenues par la Turquie et la Russie, ouvrant la perspective d’une guerre totale avec des millions de civils syriens piégés au milieu.

Erdogan et son homologue des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump se sont mis d’accord vendredi lors d’un appel téléphonique sur les mesures à prendre pour éviter une « tragédie humanitaire » dans le nord de la Syrie, a annoncé la présidence turque.

« Les deux dirigeants se sont mis d’accord sur des mesures supplémentaires sans délai afin d’éviter une grande tragédie humanitaire qui se déroule dans la région d’Idlib », a déclaré la présidence turque dans un communiqué.

Erdogan a déclaré à Trump que la Turquie avait fourni la réponse nécessaire aux auteurs de «l’attaque ignoble dirigée contre nos soldats héroïques» et a réitéré la détermination d’Ankara à éliminer les «éléments du régime» des zones d’Idlib couvertes par un accord de cessez-le-feu signé par Ankara et Moscou en 2018 [et où les terroristes se sont regroupés avec l’aide de la Turquie pour attaquer les troupes russes et syriennes – MIRASTNEWS], a-t-on-dit.

Les envoyés de l’OTAN ont tenu des pourparlers d’urgence à la demande de la Turquie, membre de l’OTAN. Les 28 alliés de la Turquie ont également exprimé leurs condoléances au sujet des décès et ont appelé à la désescalade, mais aucun soutien supplémentaire de l’OTAN n’a été offert.

Hormis la surveillance aérienne de la Syrie, l’OTAN ne joue aucun rôle direct dans le conflit, mais ses membres sont profondément divisés sur les actions de la Turquie dans ce pays, et les alliés européens sont préoccupés par toute nouvelle vague de réfugiés.

Erdogan, dont le pays accueille déjà plus de 3,6 millions de réfugiés syriens, menace depuis longtemps « d’ouvrir les portes » pour que des millions de personnes fuient en Europe à moins qu’un soutien international ne soit fourni.

La Grèce et la Bulgarie ont renforcé la sécurité à leurs frontières avec la Turquie en prévision d’un afflux.

La crise découle de l’offensive d’Assad qui a commencé le 1er décembre avec le soutien militaire russe pour reprendre la province d’Idlib dans le nord-ouest de la Syrie, le dernier bastion de l’opposition en Syrie. La Turquie, principal bailleur de fonds de l’opposition syrienne, a perdu 54 soldats ce mois-ci, dont les derniers morts, et ressent désormais le besoin de réagir fermement.

Erdogan a tenu jeudi une réunion de sécurité d’urgence de six heures à Ankara, a rapporté l’agence de presse Anadolu. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevult Cavusoglu, s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, tandis que le porte-parole d’Erdogan, Ibrahim Kalin, qui joue un rôle de premier plan dans les affaires étrangères, s’est entretenu avec le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis d’Amérique, Robert O’Brien.

Le ministère de la Défense de la Russie a déclaré que les troupes turques qui ont essuyé des tirs ont été déployées parmi des « formations de combat terroriste ». Ils se trouvaient dans la région de Behun, et selon les coordonnées données au Centre de réconciliation de la Russie en Syrie, « il n’y avait pas d’unités militaires turques dans la région … et il n’y en avait pas censé y avoir », a déclaré le ministère,

Les forces aériennes russes n’ont pas effectué de frappes aériennes dans la région, a ajouté le communiqué, et après avoir reçu des informations sur les pertes turques, « la partie russe a pris toutes les mesures nécessaires pour que les forces syriennes arrêtent le feu ».

Ces dernières semaines, la Turquie a envoyé des milliers de soldats ainsi que des chars et d’autres équipements à Idlib. Pas plus tard que mercredi, Erdogan a donné au gouvernement syrien jusqu’à la fin février pour se retirer de ses récentes avancées ou faire face à une « intervention » turque.

Omer Celik, porte-parole du parti au pouvoir d’Erdogan, a déclaré que la Turquie « n’était plus en mesure de détenir des réfugiés » après l’attaque syrienne, réitérant une menace permanente d’Ankara.

La Bulgarie a déclaré qu’elle déployait « des unités de l’armée, des gardes nationaux et du personnel de la police des frontières » à sa frontière avec la Turquie pour contrer « une menace réelle » d’afflux, a déclaré le Premier ministre Boyko Borissov après une réunion du Cabinet.

La Turquie fournit un soutien direct à certains militants [terroristes – MIRASTNEWS] et a accusé la Syrie d’avoir rompu un accord de 2018 pour réduire le conflit à Idlib. La Russie et le président syrien Bashar Assad ont déclaré que la Turquie n’avait pas respecté un accord visant à séparer les groupes extrémistes des autres combattants de la région.

Les combattants de l’opposition syrienne soutenus par la Turquie ont repris une ville stratégique du nord-ouest des forces gouvernementales, coupant une route clé quelques jours seulement après la réouverture par le gouvernement pour la première fois depuis 2012.

Malgré la perte de la ville de Saraqib, les forces d’Assad ont réalisé des gains importants au sud. Assad contrôle désormais presque toute la partie sud de la province d’Idlib après avoir capturé plus de 20 villages jeudi, ont déclaré les médias et les militants de l’opposition.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Zaman Al Wasl

L’occupation turque et ses mercenaires bombardent les environs de Tel Tamr dans la campagne de Hasaka

La Turquie rêve d’installer les terroristes de l’ASL et affiliés au pouvoir en Syrie et/ou de rogner une partie du territoire syrien, suivant sa politique rôdée de petits pas

Hasaka – Les forces d’occupation turques et leurs mercenaires terroristes ont renouvelé leurs attaques contre les zones résidentielles de la campagne de Hasaka.

Le journaliste de SANA a déclaré que les forces d’occupation turques et leurs mercenaires terroristes ont tiré des roquettes vendredi soir sur le village d’Oum al-Kaif et ses environs à 3 km au nord de la ville de Tal Tamr, causant des dégâts matériels aux habitations et aux biens des habitants.

Sur une note pertinente, les forces d’occupation turques ont envoyé 9 véhicules à plateau transportant des chars, des lance-roquettes et des véhicules blindés accompagnés de deux véhicules logistiques militaires dans les villages des régions de Tal Tamr et Abu Rasain.

Hazem Sabbagh

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : SANA

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :