A la Une

L’Afrique pourrait tirer des leçons de la politique de la Chine pour revitaliser ses propres plans de développement

Quel choix, la guerre ou guéguerre perpétuelle destructrice ou la maîtrise des paramètres et variables du développement ? – Point de vue.

Le 13e Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) inaugure sa réunion annuelle dimanche dans la Grande Salle du Peuple à Pékin, marquant le début des deux sessions de cette année – les réunions annuelles de la CCPPC et de l’Assemblée populaire nationale, La plus haute législature de Chine – l’événement politique annuel le plus important en Chine. Photo: VCG

Une puissante vague de démocratisation a balayé l’Afrique de la fin des années 1980 au début des années 1990, entraînant la naissance d’une politique multipartite très recherchée sur le continent.

En fait, cela a mis fin aux cadres de parti unique, blâmés pour la faiblesse de la gouvernance et la lenteur du développement qui étaient en vigueur depuis l’indépendance de nombreux pays.

Poussée principalement par l’Occident, l’introduction de la politique multipartite a promis aux Africains un nouvel ordre mondial de création de richesse, de soins de santé universels et abordables, de sécurité alimentaire, d’une meilleure éducation et d’une infrastructure améliorée.

A l’approche d’une troisième décennie maintenant depuis que ce nouveau modèle politique a été accueilli avec ululation, les promesses ambitieuses ont été révisées, reportées et parfois annulées, car la plupart des pays africains sont aux prises avec une prolifération de partis politiques qui n’ont pas de missions, de problèmes, d’idéologies solides, et politiques.

[C’est-à-dire une stratégie globale de développement interne et d’épanouissement claire, précise, nette et compréhensible par tous comme ligne directrice pour tous. – MIRASTNEWS].

De plus, les tenues restent déficientes en structures, programmes et pratiques de gestion interne. Cela a à son tour nui à la consolidation démocratique et, à son tour, entravé la croissance économique souhaitée. Tels sont les défis qui ont laissé l’Afrique attachée à l’aide extérieure.

Au fil du temps, la situation ne s’est pas améliorée. Contrairement à d’autres régions, l’Afrique semble actuellement pencher pour la formation de partis politiques fondés sur leurs origines ethniques pour atteindre la majorité électorale.

Il est frappant de constater que, dans les cas où le seuil requis n’a pas été atteint, des coalitions se sont formées. Jusqu’à présent, ce phénomène rare a été observé au Kenya, au Malawi, à Maurice et en Afrique du Sud. Cependant, il reste à voir si la constitution de coalitions comme modèle de gouvernance peut confirmer les perspectives de développement à long terme en Afrique.

Quoi qu’il en soit, ce qui émerge est que le multipartisme ne peut garantir le développement en Afrique. Au lieu de cela, il est devenu un instrument qui marginalise les pauvres et les minorités, engendrant des divisions ethniques, parfois raciales et religieuses. En fait, la plupart des partis politiques sont formés pour gagner des élections et réaliser des gains à court terme.

Compte tenu de la nature compétitive des systèmes politiques, les élections sont devenues le déclencheur de la division, de la destruction de vies et de biens et de la violence en Afrique.

Pourtant, ce n’est pas censé être le cas. Les partis politiques devraient être des acteurs de premier plan dans la démocratisation et le développement de l’Afrique, en tant que médiateurs habituels entre la société et l’État.

Compte tenu du travail et des progrès considérables que le continent aspire, les partis politiques devraient fournir des idéologies durables qui représentent les intérêts sociaux et économiques du peuple et former des dirigeants qui joueront un rôle principal dans l’élaboration de politiques et de projets qui transformeront les destins du continent.

Cela dit, il est urgent d’améliorer les performances des partis politiques en Afrique en ce qu’ils reconnaissent qu’ils sont les principaux déterminants du développement à long terme du continent.

De la même manière que le monde suit attentivement le modèle économique chinois qui est soutenu par son système politique solide, il est peut-être temps aussi que l’Afrique apprenne de la voie politique de la Chine pour revitaliser ses propres plans de développement.

Avec une priorité donnée à la science comme source de connaissances pragmatiques, la politique de réforme et d’ouverture de la Chine adoptée en 1978 a non seulement inauguré une transformation remarquable, mais a également permis de réduire la pauvreté, de stimuler les exportations et de renforcer l’investissement étranger.

[En suivant une démarche précise et définie à l’avance dans le plus grand secret, qui ne s’arrête pas aux simples discours et intentions, ainsi que des objectifs concrets à atteindre en plusieurs étapes bien éclaircies et cadrées, sans être évasivesMIRASTNEWS].

Aussi simpliste que cela puisse paraître, les spectaculaires réformes socioéconomiques de la Chine ont été le produit de la résilience et des politiques et engagements politiques correspondants.

En fait, ce dévouement politique au bien-être du pays était évident vendredi lorsque le Premier ministre Li Keqiang, lors de l’ouverture de la troisième session du 13e Congrès national du peuple (APN) au Grand Palais du Peuple à Pékin, a déclaré le travail impressionnant accompli par le gouvernement central chinois pour lutter contre COVID-19 sous la direction du Parti communiste chinois (PCC).

Outre cette réalisation dans sa réponse à COVID-19, l’APN a entendu parler des jalons économiques de la Chine fixés au cours de l’année écoulée et des principaux objectifs à venir dans la tentative du pays d’améliorer le niveau de vie, d’augmenter l’emploi et de réduire la pauvreté.

Comme l’a déclaré par le passé le président rwandais Paul Kagame – un pays qui a gardé sa stabilité politique depuis 1994 et soutenu ses taux de croissance économique au cours de la dernière décennie – l’Occident ne devrait pas fixer ses modèles politiques sur l’Afrique. Au lieu de cela, le continent devrait avoir ses propres modèles qui sont informés par ses besoins de développement.

Il ne fait aucun doute que le format multipartite populiste a échoué sur le continent. Il n’a pas produit les résultats tant souhaités. Il est grand temps que les dirigeants africains revoient leurs constructions politiques et en formulent une qui s’appuie sur des idéologies et des politiques orientées vers le développement, comme le fait le PCC.

Une telle décision ouvrirait non seulement la voie à des partis politiques forts avec des missions et des programmes clairement définis, mais offrirait également aux pays africains une occasion unique de poursuivre leurs propres programmes de développement qui répondent à leurs propres besoins.

Mark Kapchanga

L’auteur est un chercheur et expert de la coopération sino-africaine basé à Nairobi, au Kenya. Suivez-le sur Twitter @kapchanga. opinion@globaltimes.com.cn

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : Global Research

La «question de la dette» africaine a besoin d’une solution solide

Illustration: Luo Xuan / GT

L’économie mondiale subit de fortes pressions en raison de la pandémie meurtrière, certaines économies africaines relativement vulnérables risquant de perdre la capacité de payer leurs dettes à temps. En tant que débiteur des pays africains, la Chine promet de promouvoir activement la mise en œuvre de l’initiative de suspension du service de la dette des pays du G20 afin de soulager la pression sur les pays africains.

La Chine et l’Afrique entretiennent une coopération solide et à long terme et se sont associées pour lutter contre le COVID-19. Il s’agit du 20e anniversaire du Forum sur la coopération sino-africaine. Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a souligné dimanche lors d’une conférence de presse que la Chine continuerait de soutenir l’Afrique dans sa lutte contre le virus. En outre, la Chine continuera à travailler avec l’Afrique sur le renforcement des capacités de développement. Wang a déclaré que la Chine travaillerait avec d’autres membres du G20 pour mettre en œuvre l’initiative de suspension du service de la dette afin d’alléger le fardeau de la dette de l’Afrique, et envisageait également un soutien bilatéral supplémentaire aux pays africains soumis à la plus grande pression pour aider l’Afrique.

Le coronavirus a causé différents niveaux de dommages aux pays africains. Ceux en Afrique de l’Est avec des antécédents économiques relativement meilleurs résistent mieux à l’attaque, les capacités de remboursement de la dette étant moins affectées. Certaines économies moins développées d’Afrique de l’Ouest auront inévitablement des difficultés à rembourser leurs dettes à temps, notamment le Mali et la Sierra Leone, qui ont des structures économiques vulnérables.

Pour les pays confrontés à des défis extrêmes, la Chine peut augmenter les subventions qui n’ont pas besoin d’être remboursées, entre autres mesures de soutien. Le soutien de la Chine aux projets concernant les moyens de subsistance des populations, comme la construction d’écoles et d’hôpitaux, pourrait être renforcé afin d’accélérer la reprise de la production. Dans une perspective à long terme, la Chine continuera de soutenir la construction d’infrastructures dans les pays africains pour favoriser leur industrialisation et leur modernisation, axe essentiel de la coopération sino-africaine.

Dans l’intervalle, il est possible que la Chine propose des radiations pour les prêts sans intérêt dus et impayés par certains des pays les plus pauvres du continent conformément aux normes internationales et après une évaluation complète. La Chine est disposée à tenir des pourparlers sur la base de l’égalité et des avantages mutuels.

Il existe des différences essentielles dans l’aide étrangère de la Chine et des pays occidentaux. La Chine adopte des approches de capital flexibles, notamment des subventions, des prêts préférentiels et des méthodes mixtes. Plus d’efforts se concentrent sur le soutien au développement de la capacité de production de l’Afrique – c’est une caractéristique vitale du travail de la Chine avec l’Afrique.

La Chine a aidé à construire des usines en République de Guinée et en Tanzanie, entre autres pays. Les projets visant à augmenter la capacité de production nécessitent une assistance à long terme, car la formation aux capacités de production et à l’expertise en gestion doit être effectuée après l’achèvement d’une installation physique. Les pays occidentaux n’ont pas le même niveau d’intérêt dans ces domaines.

Au lieu de cela, les pays occidentaux ont tendance à adopter des approches de capital relativement unique avec un soutien budgétaire – et assorti de conditions politiques – pour les projets d’amélioration de la gouvernance, sur la base de l’expérience de développement des pays occidentaux eux-mêmes. Et si les projets n’atteignent pas les objectifs de réforme fixés par les pays occidentaux, leur aide sera suspendue ou arrêtée.

Le Programme 2063 de l’Union africaine a marqué l’industrialisation comme une stratégie de développement critique. S’appuyant sur des décennies de coopération avec l’Afrique, la Chine a proposé de promouvoir la coopération entre les capacités de production sino-africaines. Il a l’intention d’explorer une coopération approfondie entre les deux parties sur la base du soutien permanent de la Chine à la production africaine, et il est conforme à la stratégie de l’Union africaine.

La pandémie continue de ravager le monde. Dans de telles circonstances, les pays occidentaux devraient se joindre à la coopération dans tous les aspects possibles avec une attitude ouverte et inclusive, plutôt que de s’en tenir obstinément aux schémas géopolitiques et aux préjugés idéologiques.

Wang a noté que la Chine accélérerait la construction du siège du CDC Afrique, qui était un élément important du protocole d’accord signé par la Chine et les États-Unis d’Amérique en 2015 à la suite de l’épidémie d’Ebola.

Les deux pays se sont engagés à soutenir conjointement la construction du CDC africain par le biais de la coopération trilatérale au développement. La Chine continuera à avoir une attitude ouverte et inclusive pour soutenir le projet avec les États-Unis d’Amérique, ainsi qu’avec toute autre partie intéressée à soutenir l’Afrique.

En ce qui concerne la question de la dette promue et déformée par certains médias occidentaux, la Chine encouragera activement l’initiative de suspension du service de la dette du G20. L’objectif des prêts était de faciliter le développement de l’Afrique et la Chine vise à résoudre les problèmes d’endettement par le développement. Offrir simplement des amortissements ne serait pas conforme aux intérêts de développement à long terme des pays africains.

Song Wei

L’auteur est chercheur associé à l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique du Ministère du commerce. bizopinion@globaltimes.com.cn

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Global Research

1 Trackback / Pingback

  1. L’Afrique pourrait tirer des leçons de la politique de la Chine pour revitaliser ses propres plans de dé veloppement | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :