A la Une

La loi PREP a été secrètement modifiée cette semaine pour permettre aux pharmaciens de vacciner les enfants âgés de 3 à 18 ans

Par Wayne Rohde, Nouvelles sur l’impact sur la santé

Alors que notre nation était occupée à passer un temps considérable à discuter des inégalités raciales (comme il se doit), à savoir si les écoles et collèges publics allaient ouvrir ou à démarrer en ligne, ou à débattre des prochaines conventions politiques nationales, notre gouvernement fédéral, en particulier, le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux (HHS) a publié son troisième amendement à la Loi sur la préparation du public et la protection civile (PREP).

La loi a été adoptée pour la première fois cette année par une déclaration du secrétaire du HHS le 10 mars 2020.

Le 3ème amendement, publié le 24 août 2020, permet aux pharmaciens d’administrer des vaccins aux enfants âgés de 3 à 18 ans. De nombreux États avaient précédemment établi des restrictions sur les personnes pouvant administrer les vaccins infantiles.

Je dois admettre que cette annonce m’a échappé la semaine dernière. J’en ai été alerté en discutant un soir avec un défenseur des parents. Je ne pouvais pas le croire et je pensais que ce devait être juste pour un état spécifique.

Plus tard, j’ai cherché sur Internet quelques articles datés des 19, 20 et 21 août. Le Federal Register a répertorié l’action le lundi 24 août 2020.[1]

Je me souviens de mon père qui était pharmacien au Dakota du Nord. Dans les années 60 et 70, il maîtrisait l’art de la composition pharmaceutique.

Il était très occupé à préparer les ordonnances de ses clients, essayant d’interpréter correctement l’écriture du médecin.

Il était très fier de sa profession. Pourtant, je doute qu’il puisse profiter de la pharmacie moderne d’aujourd’hui. Je pense qu’il dirait que les vaccins sont pour les médecins, pas pour les pharmaciens.

Cette action du secrétaire du HHS permet à certains pharmaciens agréés de commander et d’administrer, et aux stagiaires en pharmacie (qui agissent sous la supervision d’un pharmacien agréé) d’administrer, tout vaccin que le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP) recommande aux personnes âgées. 3 à 18.

Cet amendement a été motivé par un rapport du CDC dans lequel il a constaté une diminution significative des taux de vaccination systématique des enfants.[2]

Maintenant, avec l’annonce fédérale de cette déclaration, comment cela se passera-t-il dans les États? Quel poids cette déclaration a-t-elle par rapport au droit de l’État qui réglemente traditionnellement les activités des pharmaciens agréés par l’État?

Donc, la question à laquelle il faut maintenant répondre, cette déclaration du secrétaire du HHS remplace-t-elle la loi de l’État?

Au cours des deux dernières années, de nombreux projets de loi législative ont été présentés pour permettre aux pharmaciens d’administrer des vaccins infantiles qui ne sont allés nulle part dans les assemblées législatives des États du pays.

Cette déclaration est-elle le produit de ces échecs législatifs?

Ou est-ce une fusée éclairante en l’air pour signaler aux services de santé des États d’utiliser leur autorité de réglementation pour modifier les statuts afin de permettre aux pharmacies d’entrer dans l’arène de la vaccination des enfants?

Même mon État d’origine, le Minnesota, a adopté une législation en mai 2020 pour permettre aux pharmaciens d’administrer tout vaccin COVID approuvé par la FDA à des enfants aussi jeunes que 6 ans.

Ce n’est pas un mandat, mais plutôt la mise en place d’un scénario horrible pour lequel les pharmaciens ne sont clairement pas formés à gérer. La méthode d’adoption d’une législation lors d’une déclaration d’urgence en temps de paix par les gouverneurs pour contourner les témoignages publics est très troublante.

La loi PREP a déjà été modifiée deux fois avant cette déclaration.

Les modifications précédentes de la loi PREP comprennent:

Le premier amendement du 10 avril pour étendre l’immunité de responsabilité aux contre-mesures couvertes autorisées en vertu de la loi CARES récemment adoptée.[3] Cette déclaration confère une immunité limitée aux fabricants de masques, d’écrans en plastique, de gants et d’autres équipements de protection.

Le 2ème amendement du 4 juin dans le but de clarifier que les contre-mesures couvertes incluent des contre-mesures qualifiées qui limitent les dommages que COVID-19 pourrait autrement causer.[4] Fondamentalement, permettre l’utilisation de produits thérapeutiques et d’autres mesures non conçues pour le COVID, si nécessaire.

Vient maintenant le problème de permettre aux pharmaciens d’administrer des vaccins infantiles.

Au tribunal des vaccins actuellement, la première demande d’indemnisation déposée concerne une blessure à l’épaule consécutive à une vaccination (SIRVA). La plupart des personnes blessées (adultes) ont été vaccinées contre la grippe ou le Tdap dans leur pharmacie de détail locale comme Walgreens, CVS, RiteAid ou Target.

Si ces pharmacies de détail ne peuvent pas administrer correctement un vaccin à un adulte, pourquoi autoriserions-nous cela pour les enfants?

L’un des plus gros problèmes lors du dépôt d’une pétition alléguant une blessure à l’épaule est l’incapacité des pharmacies de détail à enregistrer avec précision dans les dossiers médicaux à quel bras le vaccin a été administré et qui l’a fait. Ces pharmacies peuvent à peine suivre le rythme des adultes recevant un vaccin à la fois.

Que se passe-t-il lorsqu’un parent amène son enfant dans l’entreprise pour se faire vacciner? Le technicien de la pharmacie ou le pharmacien enregistrera-t-il la date, l’heure, quel bras ou quelle jambe?

Probablement pas.

Pourront-ils obtenir et examiner un examen approfondi des dossiers médicaux avant d’administrer le vaccin?

Probablement pas.

La plupart des médecins n’ont pas de formation complète sur ce qu’est une blessure due à un vaccin ou sur les effets indésirables chez un enfant, sans parler d’un pharmacien recevant ce type de formation.

Cela a tous les ingrédients pour une catastrophe.

Mais pourquoi notre gouvernement transfère-t-il la responsabilité d’administrer les vaccins aux pharmacies de détail au lieu des cabinets de médecins ou des cliniques?

Cela pourrait bien être la répression des médecins qui prétendent qu’il n’est pas rentable ou trop coûteux d’administrer les vaccins de base dans leur bureau. De leur point de vue, ce serait plus rentable dans une pharmacie.

Ou est-ce quelque chose de plus sinistre? Il semble que notre gouvernement, sous la pression de Pharma, essaie de «vider» le NVICP et de déplacer lentement l’indemnisation des dommages dans le Programme d’indemnisation des contre-mesures (CICP).

C’est clairement le lieu d’atterrissage du vaccin COVID. Et c’est le trou noir pour ceux qui sont blessés ou qui ont péri à cause d’un vaccin.

Si le public ne communique pas les décisions sur les cas et les informations sur le CICP, les réclamations pour blessures liées au vaccin n’existeront plus.

Tant d’agendas de nos agences gouvernementales et de la communauté médicale ne tiennent pas compte du meilleur intérêt de la population.

Le gros problème ici est que la loi PREP est utilisée comme un moyen de contourner le Congrès. La vraie préoccupation est de voir un mandat fédéral pour le vaccin COVID à un moment donné dans le futur via la loi PREP?

Ils adoptent une politique par décret sans commentaires ni témoignages publics appropriés et nécessaires. Le PREP Act deviendra-t-il le moyen de faire progresser la politique vaccinale aux États-Unis d’Amérique?

Je crois que nous verrons quelques autres amendements à la loi PREP si le Congrès n’aborde pas la question de la responsabilité pour les entreprises, les écoles et les collèges de s’ouvrir. Des poursuites ont déjà été intentées par des employés pour décès injustifié (WalMart) et des hospitalisations d’employés affirmant être infectés par COVID pendant leur emploi.

Nous devons rester vigilants, nous devons être prêts à agir et nous devons éduquer nos élus au niveau fédéral, étatique et local également.

La loi PREP est en vigueur telle qu’elle a été déclarée en mars 2020 jusqu’en octobre 2024, à moins qu’elle ne soit révoquée par le secrétaire du HHS ou du POTUS, ou qu’une autre urgence sanitaire n’émerge.

Commentez cet article sur VaccineImpact.com.

Références

[1] https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-2020-08-24/pdf/2020-18542.pdf

[2] https://www.seyfarth.com/news-insights/third-amendment-to-prep-act-declaration-further-expands-scope-of-liability-immunity-for-medical-countermeasures-against-covid-19.html?utm_source=Mondaq&utm_medium=syndication&utm_campaign=LinkedIn-integration

[3] https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-2020-04-15/pdf/2020-08040.pdf

[4] https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-2020-06-08/pdf/2020-12465.pdf

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

1 Trackback / Pingback

  1. La loi PREP a été secrètement modifiée cette semaine pour permettre aux pharmaciens de vacciner les enf ants âgés de 3 à 18 ans | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :