A la Une

Plus de vies ruinées après les injections d’armes biologiques COVID-19

Par Brian Shilhavy

Rédacteur, Health Impact News

Dans notre effort continu pour mettre des visages, des noms et des histoires sur des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de blessures, à la suite des injections d’armes biologiques COVID-19, nous vous apportons six autres histoires de vies qui ont été détruites, apportant du chagrin et la tristesse à leurs familles après avoir reçu une injection de l’un des vaccins COVID-19.  

Les plans de réduction de la population des mondialistes sont actuellement en vigueur, leurs réseaux de propagande dans les médias d’entreprise cachant pour la plupart ces histoires ou les expliquant comme des «coïncidences» et n’ayant rien à voir avec les injections.

Il n’y a plus de «théorie» à cette conspiration mondiale. Cela se passe sous nos yeux, et pourtant la grande majorité du public continue de détourner le regard et choisit de ne pas y croire, car cette dictature médicale travaille maintenant rapidement pour injecter autant d’enfants de 12 à 15 ans que possible. 

Cela restera dans l’histoire comme le plus grand génocide que la race humaine ait jamais connu, car il se produit dans pratiquement tous les pays du monde. 

Dana Ottmann: un psychologue allemand de 32 ans développe des caillots sanguins, mort 12 jours après le vaccin d’AstraZeneca

Par le blog COVID

HERFORD, RHIN DU NORD-WESTPHALIE – Une femme de 32 ans est décédée et sa mère montre le coupable évident.

Mme Dana Ottmann a reçu la première dose de vecteur viral expérimental Oxford-AstraZeneca le 25 février, selon Welt TV à Berlin. Elle a eu de graves maux de tête le lendemain. Mais c’était considéré comme normal puisqu’elle souffrait de migraines depuis son enfance. Mme Ottmann aurait également informé l’administrateur du vaccin de son état préexistant, mais a quand même reçu le vaccin. 

Les maux de tête et l’épuisement sévère ont continué, Mme Ottman pensant que tout allait bien. Mais elle est devenue si faible qu’elle a manqué son travail les 7 et 8 mars. Sa mère, Mme Petra Ottmann, a essayé de contacter Dana le matin du 9 mars sur WhatsApp et par téléphone, mais n’a obtenu aucune réponse. Elle est allée chez Dana et l’a trouvée morte dans la salle de bain.

Mère en mission 

Petra a immédiatement blâmé le vaccin d’AstraZeneca pour la mort de sa fille. Mais elle a senti une dissimulation presque immédiatement alors qu’elle tentait de faire écouter les autorités sanitaires et judiciaires. Petra a déclaré au Westfallen-Blatt que tout le monde avait tenté de détourner l’attention du tir d’AstraZeneca. Comme sa fille, Petra souffrait également de migraines et pouvait donc se rapporter à l’expérience de sa fille.

Petra faisait partie d’un groupe de migraines qui aide les gens à faire face et à parler de leur douleur chronique avec les autres. Elle a dit à l’un des médecins administratifs du groupe que le mal de tête de Dana était différent cette fois-ci et que quelque chose n’allait pas. Mais le médecin a déclaré qu’il ne voulait pas «semer la panique» et a rejeté les maux de tête de Dana comme des migraines normales.

Les autorités sanitaires affirment que la mort d’AstraZeneca est mortelle

Mme Ottmann est décédée des caillots sanguins dans son cerveau causés par la piqûre d’AstraZeneca, selon les autorités sanitaires du district de Herford. Un extrait de la déclaration complète se lit en partie:

Les résultats de l’Institut d’immunologie et de médecine transfusionnelle de l’Université de Greifswald montrent qu’une réaction immunitaire au vaccin AstraZeneca a entraîné la mort de la femme. La cause du décès était donc un trouble de la coagulation avec hémorragie cérébrale.

Dana a dû se faire vacciner parce qu’elle travaillait dans le domaine médical. Petra a dit qu’elle n’était pas nécessairement «anti-vaccin». Mais Petra a déclaré que l’injection d’AstraZeneca avait beaucoup trop peu de données disponibles pour forcer quiconque à le prendre si tôt dans le processus.

Lisez l’article complet sur le blog COVID.

NaTalia Johnson: une ballerine professionnelle de 37 ans décédée deux semaines après l’injection COVID-19 expérimentale

Par le blog COVID 

SACRAMENTO, CALIFORNIE – Une ballerine de renommée mondiale de 37 ans est morte et les injections COVID-19 expérimentales font à nouveau partie par coïncidence de l’équation. 

Mme NaTalia Johnson a reçu l’un des vaccins expérimentaux le 24 avril, selon sa page Facebook. Nous n’avons pas pu confirmer quelle injection elle a reçu. Mais vraiment à ce stade, cela n’a pas d’importance car ils sont tous également mortels.

Mme Johnson est rentrée du travail à l’école primaire Leataata Floyd vers 21h30, selon sa sœur Candida Johnson, alias Kandice Kelly. NaTalia a dit à Kandice qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle avait besoin de voir un médecin. Mais NaTalia a dit qu’elle préférait y aller le matin. 

Les deux sœurs regardaient un film ensemble lorsque NaTalia a dit: «Je suis vraiment fatiguée.» Soudain, NaTalia s’assit «avec un regard choqué sur son visage» et tendit les bras vers sa sœur. Kandice a posé NaTalia sur le sol et a commencé la RCR lorsque sa sœur a cessé de respirer. Les ambulanciers sont arrivés et ont pris le relais.

Mais c’était trop tard. NaTalia Johnson, connue sous le nom de «Ms. Natalia »à ses élèves, est décédée quelques minutes plus tard. 

Kandice a raconté toute l’histoire sur Youtube.

Les conséquences

Kandice a déclaré que sa sœur était probablement décédée «d’un accident vasculaire cérébral, d’un anévrisme cérébral ou d’une crise cardiaque». Par coïncidence ou non, de nombreuses victimes que nous avons couvertes sur ce site Web ont eu des accidents vasculaires cérébraux, des anévrismes et / ou des crises cardiaques après des injections COVID-19 expérimentales. Ils sont également tous morts par hasard quelques jours ou quelques semaines après les coups de feu. Kandice ne fait aucune mention du «vaccin», et les comptes médias non plus.

NaTalia a également publié ceci le 20 mai 2020.

Mme Johnson était une danseuse prima, c’est-à-dire la danseuse principale de toutes les représentations. Elle a pris sa retraite en 2013 et a ouvert le Natalia Johnson Conservatory of Ballet (NJC). Une page GoFundMe collecte des fonds pour maintenir le conservatoire opérationnel. Mme Johnson s’est produite partout aux États-Unis et en Europe. Elle a joué pour Michael Jackson, Prince et deux présidents américains. 

Des services commémoratifs ont lieu en Californie, à New York et au Texas. 

Lisez l’article complet sur le blog COVID.

Bill Scott: le président du syndicat des enseignants de Syracuse est mort dans un autre meurtre expérimental à court terme

Par le blog COVID 

FAYETTEVILLE, NEW YORK – Alors que les Centers for Disease Control manipulent les procédures de test pour réduire et / ou éliminer leurs soi-disant cas de COVID-19 «révolutionnaires», le blog COVID continue de suivre les décès à court terme après des tirs expérimentaux.

M. William «Bill» Scott a annoncé le 11 janvier qu’il recevrait le tir expérimental d’ARNm de Pfizer plus tard dans la semaine au Syracuse Exposition Center. Il a posté sa fiche de vaccination contre la COVID-19 le 17 janvier. Un tas de commentaires bizarres suivent le message. M. Scott a reçu la deuxième dose le 7 février.

M. Scott, 53 ans, comme beaucoup de receveurs expérimentaux d’ARNm et de vecteurs viraux, n’a apparemment souffert d’aucun effet secondaire immédiat. Mais il semble que tous ceux qui reçoivent ces injections deviennent des publicités ambulantes et parlantes pour les sociétés pharmaceutiques et l’agenda COVID dans son ensemble.

M. Scott a signalé son opposition aux écoles modifiant les directives de distance sociale de six pieds à trois pieds le 25 février. Il a également fait part de son inquiétude concernant les effets à long terme des enfants infectés par la COVID. 

Le dernier message Facebook de M. Scott a été publié le 20 avril. Il a félicité son épouse depuis 20 ans, Carolyn Lavin Scott, pour sa nomination au poste de président du syndicat des enseignants.

M. Scott «est décédé subitement» le 24 avril, un peu plus de 10 semaines après la deuxième dose de Pfizer. M. Scott laisse dans le deuil sa femme et ses quatre enfants.

Plus de décès à court terme probables

Nous avons couvert au moins trois décès à court terme, tous très similaires. Le Dr Joshimar Henry était un homme de 27 ans en bonne santé et heureux. Il a reçu sa deuxième dose Pfizer expérimentale le 6 janvier 2021. Il n’a apparemment subi aucun effet néfaste. Mais il est mort subitement environ 12 semaines plus tard. Le Dr Thomas Flanagan, 48 ans, est décédé subitement 11 semaines après a deuxième injection à ARNm expérimentale de Moderna. Il n’a également éprouvé aucun effet secondaire apparent ou réaction indésirable jusqu’à sa mort. Les décès à court terme dus à ces injections surviennent autour des 11 à 12 semaines, sur la base de ce petit échantillon. Si tel est le cas, ce sera un été effrayant.

Le corps de certaines personnes ne peut pas s’adapter assez rapidement aux gènes synthétiques et meurt en quelques heures ou quelques jours. Mais le bon Dr Sherri Tenpenny a déclaré que les vrais dégâts commencent «42 jours ou plus» après les injections. Elle a spécifiquement mentionné le renforcement dépendant des anticorps (EAD), un phénomène dangereux du système immunitaire provoqué après les «vaccins». L’EAD peut entraîner le syndrome de choc de la dengue, qui tue plus de 30% des personnes atteintes. 

Nous ne saurons probablement jamais exactement ce qui s’est passé avec ces décès à court terme. Les médias grand public, les grandes technologies et l’industrie médicale dans son ensemble protègent à tout prix la réputation de ces plans expérimentaux. Ainsi, tout ce que nous pouvons faire est de suivre les décès et de tirer des conclusions basées sur des similitudes. 

Lisez l’article complet sur le blog COVID.

Olivia Kingree: une femme du Wisconsin âgée de 75 ans meurt de la COVID-19 deux mois après le deuxième tir de Moderna

Le blog COVID

MADISON, WISCONSIN – Une Madison de 75 ans est décédée tandis que son fils médecin vante toujours l’efficacité des injections expérimentales d’ARNm et de vecteurs viraux.

Mme Olivia Kingree a reçu la première dose d’ARNm expérimentale de Moderna le 10 février, selon le Wisconsin State Journal. Elle a reçu la deuxième dose le 10 mars. Mme Kingree vivait à la résidence pour personnes âgées d’Oak Park Place, du côté est de Madison.

Elle a développé une fièvre le 27 avril et a été emmenée aux urgences. Le journal a rapporté que Mme Kingree avait été testée positive pour la COVID-19 ce jour-là. Elle a été traitée dans deux hôpitaux différents avant d’être placée en soins palliatifs. Mme Kingree est décédée le dimanche 16 mai.

La défense Vaccinale commence

Le Dr Seth Kingree est le fils d’Olivia. Il a souligné tout sauf l’injection expérimentale d’ARNm de Moderna comme étant la cause de la mort de sa mère. Seth a déclaré qu’une «combinaison de médicaments» et le «système immunitaire affaibli» de sa mère avaient causé sa mort. Le journal a souligné que Mme Kingree souffrait de diabète, d’hypertension et d’une maladie rénale. L’accent est mis entièrement sur la COVID-19 et les comorbidités, et non sur les injections expérimentales que Mme Kingree a reçues deux mois avant sa mort. 

Les chiffres les plus récents des Centers for Disease Control (CDC) montrent que le décès moyen par COVID-19 est accompagné de quatre comorbidités. Seuls 5% des décès dits COVID-19 sont uniquement dus à la COVID-19. Mais le certificat de décès de Mme Kingree indiquera la COVID-19 comme cause, selon le rapport. De plus, le CDC admet que 78% des Américains hospitalisés pour COVID-19 sont en surpoids ou obèses. Il existe également un manuscrit évalué par des pairs qui a révélé que le CDC gonfle considérablement le nombre de décès et d’infections à la COVID-19. Ainsi, tout diagnostic et / ou décès de COVID-19 doit être pris avec un grain de sel.

Seth a déclaré que les injections expérimentales d’ARNm et de vecteurs viraux sont «très bénéfiques… pour la grande majorité de la population». Le reste de ces articles se lit comme de grandes publicités pharmaceutiques, alors cliquez dessus à votre guise.

Lisez l’article complet sur le blog COVID.

Shaun Mulldoon: Un Canadien de 43 ans a près de sept pieds d’intestins enlevés après de graves caillots sanguins AstraZeneca «rares» 

LANGLEY CITY, COLOMBIE-BRITANNIQUE – Un homme de 43 ans de Colombie-Britannique a vu sa vie bouleversée par ce qu’il croyait être la bonne chose à faire.

M. Shaun Mulldoon a reçu le vecteur viral expérimental AstraZeneca le 22 avril, selon sa page Facebook. Il a commencé à ressentir de graves douleurs à l’estomac vers le lundi 3 mai.

M. Mulldoon est allé voir son médecin de famille deux fois cette semaine. Mais tout ce qu’il a obtenu était un test COVID-19 négatif et renvoyé chez lui. M. Mulldoon a commencé à vomir, à évacuer des selles sanglantes et a eu une forte fièvre peu de temps après. Il s’est présenté aux urgences le 8 mai. C’est à ce moment-là que les choses ont rapidement dégénéré. 

Les médecins lui ont diagnostiqué un «caillot sanguin massif» dans l’intestin grêle. Il a subi une intervention chirurgicale d’urgence pour enlever près de six pieds d’intestin. Deux jours plus tard, les médecins ont enlevé plusieurs pouces de plus.

Les conséquences

Mme Tara Mulldoon, l’épouse de Shaun, a déclaré à CBC News qu’il s’agit d’une épreuve «qui change la vie» de la famille, qui comprend deux enfants. Tara a dit qu’ils ne sont pas des «anti-vaxxers». Mais elle avertit les gens de prendre au sérieux toutes les réactions post-injection. M. Mulldoon est toujours à l’hôpital au moment de sa publication.

M. Mulldoon a reçu un diagnostic de thrombopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (VITT). C’est un effet secondaire connu des injections Johnson & Johnson et AstraZeneca, qui sont essentiellement le même produit. Le Dr David Fisman de l’Université de Toronto a déclaré à la journaliste Yvette Brend que cette condition n’était pas un caillot sanguin «ordinaire». L’agent de santé provincial de la Colombie-Britannique, Bonnie Henry, a qualifié le VITT de «très grave» et le plus susceptible de se produire après le premier vaccin. John Bell, un développeur du plan AstraZeneca, a déclaré que le Canada «agit sur beaucoup de ouï-dire et non sur des faits», car plusieurs provinces restreignent l’utilisation de l’injection.

La chirurgie de résection intestinale (ablation de l’intestin) semble avoir un pronostic relativement positif. Mais M. Mulldoon se verra probablement prescrire des anticoagulants pour le reste de sa vie.

AstraZeneca toujours utilisé malgré les dangers inhérents 

L’Indonésie est le dernier pays à suspendre l’utilisation d’un lot de doses d’AstraZeneca après la mort d’un jeune de 22 ans un jour après le premier tir. Le guitariste et compositeur britannique Eric Clapton a également eu une mauvaise expérience avec le tir d’AstraZeneca. Il craignait de ne plus jamais jouer de la guitare après que «ses mains et ses pieds aient été gelés, engourdis ou brûlés, et quasiment inutiles pendant deux semaines». Malgré tout le problème, de nombreux pays autorisent encore l’administration de ces vaccins

Les taux de fécondité aux États-Unis ont atteint des niveaux record en 2019. Il sera très intéressant de voir les chiffres de 2021 lorsqu’ils seront disponibles. L’ancien vice-président de Pfizer Michael Yeadon a publié l’année dernière des données montrant que les injections expérimentales d’ARNm inhibent la capacité des femmes à former des placentas. Le Dr Sherri Tenpenny pense que la plupart des personnes qui reçoivent ces vaccins mourront dans les cinq ans. Le programme de dépeuplement est réel. Vous avez le choix de résister ou de vous conformer. Aussi simple que cela. Restez vigilant et protégez vos amis et vos proches.

Bernard «Bernie» White, vétéran de l’armée de l’air, est décédé des suites de complications du vaccin Moderna

Par The Empowerer

Le vétéran de l’armée de l’air des États-Unis, Bernard «Bernie» White, est décédé le 16 mai 2021. Il a été dit qu’il avait eu des complications après son vaccin Moderna et ne s’était pas rétabli.

La fille de Bernie, Elizabeth White, a organisé une collecte de fonds gofundme et déclare:

«Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, mon père est hospitalisé depuis le 02/03/2021. On lui a diagnostiqué une pneumonie bilatérale, une insuffisance rénale aiguë, des caillots de sang dans les jambes et les bras et une hémorragie cérébrale. Tout cela a été soudainement apparu lorsqu’il a reçu le vaccin moderna le 24/02/2021. Il est maintenant à Riverside. Aujourd’hui, le 25/03/2021, ils ont ouvert son crâne pour faire une craniotomie afin de soulager la pression et l’enflure de son cerveau.

Le 19 mai 2021, la page de collecte de fonds a été mise à jour avec l’annonce de son décès.

«Le 16 mai 2021, papa est passé avec ses proches à ses côtés. Si vous souhaitez faire un don pour les frais funéraires, les nombreuses factures médicales qui nous restent, etc. merci du fond du cœur.

La notice nécrologique de Bernie dit que «Bernie laisse dans le deuil son épouse, Cuba (Williamson) White; fille Elizabeth (Brayton Ross) de Coshocton; fils Jarrod (Kristin) Williams de Clarksville, TN; les beaux-fils Ron (Lori) Williamson et Jamie (Sarah) Williamson; petits-enfants Braylee et Embrlynn Ross, Joseph et Jackson Williams, Veronica (Chaz) Pittman, Emily, Danielle, Mikayla, Nick, Maggie et Nolan Williamson; frères et sœurs Becky (Bob) Robins, Joseph (Pearlie) Burr, Linda White et Helen White; le demi-frère Jerry White; et plusieurs nièces et neveux.

La collecte de fonds gofundme a généré jusqu’à présent 3555,00 $ sur l’objectif de 5000,00 $. L’un de ses collègues, Terry McGuire, a fait un don et a écrit:

«Bernie était un homme merveilleux, un excellent collègue et un ami. Les prières sont avec vous et votre famille.»

Bernie semble avoir été très aimé et nous manquera beaucoup.

Lisez l’article complet sur The Empowerer.

Traduction : MIRASTNEWS

Traduction : Health Impact News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :