A la Une

Israël et l’Australie rapportent que 95 à 99 % des personnes hospitalisées sont entièrement vaccinées

Par Infowars.com

Extraits :

Des rapports en provenance d’Israël affirment que les hôpitaux sont remplis de personnes vaccinées, dont 95 pour cent souffrent d’une maladie grave et sont complètement vaccinés.

« Je comprends que la plupart des patients sont vaccinés, même les patients « sévères ». Exactement. D’origine naturelle. Les personnes âgées, la plupart d’entre elles sont vaccinées », a déclaré le Dr israélien. Kobi Haviv a déclaré à News Israel 13 jeudi.

« 95% des patients sévères sont vaccinés ».

« 85-90% des hospitalisations concernent des personnes entièrement vaccinées. »

« Nous ouvrons de plus en plus de services COVID. »

« L’efficacité du vaccin diminue/s’estompe »

(Dr Kobi Haviv, plus tôt dans la journée sur Chanel 13 @newsisrael13) pic.twitter.com/SpLZewiRpQ

– Ran Israélien (@RanIsraeli) 5 août 2021

« La plupart de la population est vaccinée et 90 %… 85 % à 90 % des hospitalisations ici sont des personnes « entièrement vaccinées ». »

Dr. Haviv affirme que les infections signifient que « l’efficacité » des vaccins s’estompe, créant peut-être un scénario où les injections de rappel apparaissent comme un traitement nécessaire.

[Voilà l’astuce mortelle qui se met en place, après l’échec total de l’efficacité et la sûreté des vaccins comme promis, ils trouvent maintenant de fausses excuses pour permettre de tuer plus efficacement, car les résultats escomptés ne sont pas encore atteints comme prévu. Bill Gates avait annoncé une dose, puis deux, maintenant il en faut une infinité. Il faut donc accélérer en augmentant les doses pour atteindre ou dépasser les objectifs, étant donné qu’eux-mêmes soit ne les prennent pas, soit font semblant, soit se font injecter des faux.MIRASTNEWS]

Les nouvelles en provenance d’Israël coïncident avec des statistiques similaires provenant de Sydney, en Australie, où les responsables de la santé du gouvernement ont annoncé à la fin du mois dernier que presque toutes les nouvelles hospitalisations de Covid impliquaient des personnes vaccinées – sauf une.

MISE À JOUR DE SYDNEY: Un journaliste s’excuse pour des chiffres peu clairs sur les personnes vaccinées

Le même phénomène est observé à travers le monde alors que la propagande vaccinale augmente en réponse à la redoutable variante Delta.

Lisez l’article complet sur Infowars.com.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

Le Vietnam doit faire attention, les États-Unis sont un empire mondial accro à la guerre, a déclaré un vétéran à RT avant la visite de la vice-présidente Harris là-bas

Les États-Unis sont drogués à faire la guerre – les dirigeants vietnamiens seraient-ils devenus aveugles ou ont-ils une courte mémoire ou encore ont-ils été hypnotisés ? – MIRASTNEWS

Vietnam should be careful, US is a global empire hooked on war, veteran tells RT ahead of VP Harris’ visit there
Des hélicoptères de l’armée américaine transportent des membres du 14e régiment d’infanterie lors d’opérations au nord-est de Cu Chi au Sud-Vietnam, le 16 mai 1966. © US Army SFC James K. F. Dung/via Wikimedia Commons  

Avec la vice-présidente américain Kamala Harris apportant au Vietnam un message sourd « L’Amérique est de retour », après les horribles atrocités de la guerre, les Vietnamiens doivent réfléchir sérieusement s’ils peuvent faire confiance à un empire mondial, a déclaré un vétéran à RT.

Harris se rend fin août à Singapour et au Vietnam dans l’espoir de renforcer les « partenariats stratégiques » avec les nations asiatiques. Son bureau a été critiqué pour avoir cité le message de l’administration Joe Biden selon lequel « l’Amérique est de retour », compte tenu de l’histoire sordide de l’implication des États-Unis dans la guerre du Vietnam.

A LIRE AUSSI: Record du monde de surdité sonore ? : Kamala Harris en mission pour dire au Vietnam que « l’Amérique est de retour »

Mike Hastie, 76 ans, a servi au Vietnam en tant que médecin de combat en 1970-71. Son père était un officier de carrière de l’armée américaine et il a grandi sur des bases militaires à l’étranger.

« Une partie de moi a un long souvenir de ce que le gouvernement américain a fait au Vietnam il y a plus de 50 ans », a déclaré Hastie à RT, qualifiant la guerre de « horriblement brutale contre le peuple vietnamien », avec les États-Unis responsables de meurtres de masse et d’atrocités quotidiennes.

Avec Washington et Hanoï apparemment désireux de mettre le passé derrière eux et de poursuivre une relation économique mutuellement avantageuse, la question est de savoir si les Vietnamiens « peuvent faire confiance au gouvernement américain », a déclaré Hastie.

« Les États-Unis sont le pays le plus narcissique au monde. Nous sommes extraordinairement égocentriques. Toute notre économie est basée sur la guerre », a-t-il déclaré à RT. « Nous tuons des gens pour le profit », du Vietnam, du Laos et du Cambodge dans les années 1960 et 1970, à l’Amérique latine et au Moyen-Orient de nos jours.

Cela revient toujours au fait que les États-Unis sont un empire mondial.

Les Américains pensent que leur pays est une démocratie, a ajouté Hastie. « Vous ne pouvez pas, absolument pas être une démocratie et un empire mondial en même temps. Parce que les États-Unis vont dans les pays du tiers monde et nous détruisons leur démocratie – nous pouvons donc les exploiter. C’est ce que nous faisons. »

« J’ai confiance que les Vietnamiens savent ce qu’ils font », a-t-il conclu.

Hastie est retourné au Vietnam pour la première fois en 1994, puis a effectué deux autres voyages dans le pays, en 2016 et 2018. Bien que le Vietnam soit officiellement gouverné par le parti communiste, Hastie dit que le pays – et la jeunesse en particulier – est devenu très « occidentalisé ». Par ce point.

Les États-Unis se sont impliqués pour la première fois au Vietnam en 1955. L’intervention clandestine, militaire et politique de 20 ans aurait coûté la vie à deux millions de civils vietnamiens.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Le ministre russe de la Défense Choïgou sur la Crimée : « Était, est et sera russe »

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a commenté les déclarations du président ukrainien Vladimir Zelensky concernant la Crimée comme faisant partie de l’Ukraine.

Russischer Verteidigungsminister Schoigu zur Krim: "War, ist und wird russisch sein"
Source : Sputnik © Wadim Sawitski / Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou (image d’archive)

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a démenti les récentes déclarations du président ukrainien Vladimir Zelensky sur la Crimée en tant que péninsule de l’Ukraine. Schoigu a souligné :

« Les dirigeants ukrainiens vont et viennent. Et la Crimée était, est et sera russe. »

Auparavant, dans une interview, Zelensky s’est souvenu d’avoir voyagé en Crimée lorsqu’il était enfant. Le chef de l’Etat a déclaré que les Russes n’aimeraient jamais la région autant que les Ukrainiens, tandis que le retour de la péninsule sous le contrôle de Kiev n’était qu’une question de temps. Zelensky a également exprimé l’opinion que la Russie regretterait ses actions en relation avec la péninsule de Crimée :

« L’histoire russe pleurera ses propres mesures et décisions concernant la Crimée. »

En mars 2014, un référendum a eu lieu en Crimée, au cours duquel la majorité des habitants de la péninsule a voté en faveur de la réunification avec la Russie.

En conséquence, le territoire a été réintégré dans la Fédération de Russie. Les responsables russes ne cessent de souligner que la question de la Crimée est close car la péninsule est un sujet fédéral de la Russie.

En outre, Zelensky a exhorté les résidents du Donbass qui s’identifient comme Russes à se rendre en Russie. C’était une grosse erreur si ces citoyens restaient dans cette région car ce ne serait jamais le territoire russe, a-t-il déclaré. Zelensky a souligné que sans l’Ukraine, il n’y aurait supposément pas de civilisation dans le Donbass.

Plus sur le sujet – « Je déteste le russe »: Comment un garçon de neuf ans est élevé pour devenir un nationaliste ukrainien

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Nouvelle tendance en France : mieux vaut s’infecter consciemment avec le COVID que la vaccination

Selon les médias, de plus en plus de personnes en France souhaitent être infectées intentionnellement par le coronavirus afin d’éviter la vaccination de cette manière. En convalescent, on obtient plus rapidement le « pass sanitaire » appelé passeport sanitaire, qui sert de preuve de vaccination, de test négatif ou de survivance à l’infection. À partir de lundi, il sera obligatoire pour les visites au restaurant ou les voyages longue distance en train.  

Neuer Trend in Frankreich: Lieber bewusst mit COVID anstecken statt Impfung
Source : AFP © JOSEPH PREZIOSO / Il ne s’agit pas d’une simple seringue. Les jeunes Français souhaitent donc retrouver plus rapidement le chemin de la vie.

Diverses publications françaises ont rapporté une tendance apparemment naissante en France qui semble être particulièrement populaire auprès des jeunes adultes. Au lieu de compter sur une vaccination contre le coronavirus, ces personnes préfèrent une infection par le SRAS-CoV-2 afin de retrouver ensuite le chemin de la normale en tant que personne guérie.

Franceinfo cite la déclaration d’une Française de 20 ans qui aurait peu peur des effets possibles d’une infection.

« Dans le pire des cas, cela m’attachera au lit pendant quelques jours, dans le meilleur des cas je n’ai aucun symptôme. »

Dans le journal Le Figaro, un jeune de vingt-cinq ans a déclaré qu’il enfreignait délibérément les règles d’hygiène en ne portant pas de masque ou en se lavant soigneusement les mains. Il espérait être infecté afin d’obtenir le « pass sanitaire » pour lequel il devrait autrement attendre des semaines en raison de la période entre les vaccinations. Le reportage parle également d’un étudiant de vingt ans qui ferait un pas de plus.

« En toute honnêteté, si une amie me dit qu’elle a le COVID, je pourrais aller la voir pour qu’elle me tousse dessus », aurait déclaré la jeune femme.

Une autre personne ne veut pas nécessairement être infectée, mais elle préfère la maladie à la vaccination afin que son système immunitaire apprenne à vaincre l’infection naturellement. Une attitude similaire se retrouve également plus fréquemment chez les utilisateurs des réseaux sociaux.

« Je préférerais avoir COVID une fois que d’être vacciné tous les trois mois jusqu’à la fin de ma vie », a écrit un internaute sur Twitter à ce sujet.

Un autre utilisateur du réseau, en revanche, rapporte que son mari était entré en quarantaine à cause de COVID-19. Malgré tous ses efforts, elle n’a pas réussi à contracter le virus.

« J’ai tout essayé pour l’obtenir. Impossible. »

Les experts de la santé sont bien sûr tout sauf d’accord avec cette évolution et dénoncent avec véhémence l’attitude de ceux qui ne veulent pas vacciner. L’épidémiologiste Phillippe Amouyel a fait part de ses craintes au diffuseur LCI que les attitudes qui pourraient apparaître puissent être une tendance.

Jouer le jeu du virus serait une erreur totale, dit-il. Les jeunes pourraient se sentir en sécurité, mais l’âge moyen des patients en soins intensifs aurait récemment baissé. De plus, le risque de conséquences à long terme ne doit pas être négligé, même si l’infection pourrait initialement être asymptomatique, selon Amouyel.

En savoir plus sur le sujet – Presque plus de décès par corona en Suède sans masque – Tegnell appelle à plus d’études sur Delta

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Poutine affirme que la décision de dépouiller la Russie du drapeau et l’hymne aux Jeux olympiques de Tokyo « a une connotation politique »

Les athlètes russes montrent par leurs résultats que toutes les tentatives de politisation du sport « sont insignifiantes et nuisibles », estime le président.  

Putin afirma que la decisión de despojar a Rusia de la bandera y el himno en los JJ.OO. de Tokio "tiene una connotación política"
Le président russe Vladimir Poutine Pavel Bedniakov / Sputnik

La décision du Tribunal arbitral du sport d’interdire l’utilisation du drapeau et de l’hymne russe dans les compétitions internationales « a, dans une certaine mesure, une connotation politique », a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.

« Il me semble qu’ici, malheureusement, les dirigeants sportifs n’ont pas pu résister aux pressions politiques« , a déclaré le président russe.

Cependant, l’absence du drapeau national n’affecte pas la qualité des performances des athlètes, a noté le président, ajoutant que les athlètes russes démontrent avec leurs résultats que toutes les tentatives de politiser le sport « sont insignifiantes et nuisibles ».

La Russie pourrait accueillir des compétitions mondiales après 2022  

Pour l’avenir, Poutine espère qu’à partir de la fin de 2022, lorsque les restrictions imposées aux athlètes russes prendront fin, « toutes les tentatives visant à limiter » la Russie d’une manière ou d’une autre dans le domaine sportif prendront également fin, de sorte qu’il sera possible de « se poser la question de la conduite des grandes compétitions internationales. »

Le président estime que les organisations sportives internationales elles-mêmes, y compris le Comité international olympique, sont intéressées à ce que la Russie soit l’un des participants et des candidats pour accueillir les plus grandes compétitions mondiales, « parce que nous avons montré de la manière la plus brillante que nous pouvons le faire pour le plus haut niveau », a-t-il souligné.

  • Jusqu’à présent, les athlètes russes ont remporté un total de 62 médailles à ces Jeux olympiques, dont 17 d’or, 23 d’argent et 22 de bronze.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Zoom Afrique du 6 août 2021

Le président nigérian Muhammadu Buhari et le patron de Twitter Jack Dorsey

Télécharger 📥

Les réseaux sociaux, en tant qu’arme de guerre et de déstabilisation, n’ont plus leur place au Nigeria.

Actualité en Afrique :

  • Iran/Raïssi: l’élargissement des relations Iran-Afrique, l’une des principales priorités de la nouvelle administration iranienne
  • Zimbabwe: Zimplats envisage de construire deux centrales solaires pour 185 MW de capacité combinée
  • Togo: la 5ème édition de la Semaine nationale du cinéma lancée
  • Le Niger inaugure la route Zinder-Tanout, un maillon important de la Transsaharienne Alger-Lagos

Analyses de la rédaction :

1. Burkina: les terroristes attaquent, mais ne dépassent pas la frontière !

Au Burkina Faso, les attaques terroristes continuent, mais elles ne percent pas la frontière burkinabè.

L’efficacité de la politique d’union du Burkina Faso a fait ses preuves. Certes, les attaques terroristes se multiplient, mais elles n’atteignent pas le cœur du pays.

Trois villages de la province de l’Oudalan ont été la cible d’attaques terroristes ce mercredi 4 août 2021, annonce le ministère de la Défense et des Anciens Combattants dans un communiqué.

Onze civils, quinze militaires et quatre volontaires pour la défense de la patrie sont décédés. Les assaillants ont également emporté du bétail et incendié des concessions.

Alertée, une unité du détachement militaire de Markoye appuyée de Volontaires pour la défense de la patrie s’est rendue sur les lieux de l’attaque afin de sécuriser les populations, selon l’armée.

Aux environs du village de Tokabangou, l’unité a été attaquée à son tour. Le bilan de cette attaque est de 15 militaires et 4 VDP tués, un militaire blessé et plus d’une dizaine de terroristes neutralisés.

Le communiqué précise que la zone est actuellement sous contrôle et une contre-offensive avec des moyens terrestres et aériens est lancée pour retrouver les assaillants.

Les terroristes attaquent sans relâche le Burkina Faso, dont la population a décidé d’épauler l’armée nationale burkinabé, au lieu, et selon leurs propres mots « fuir nos villes et villages ou mourir ».

Le Burkina Faso a décidé de ne pas accepter les fausses interventions des militaires occidentaux qui ne sont pas sur le continent pour la lutte contre le terrorisme, mais plutôt en qualité d’occupant. Les Burkinabés ne pouvaient pas accepter cela. Le pays a opté pour une résolution du problème au niveau national et même régional, tout comme beaucoup de pays du continent. D’autres pays d’Afrique emboîtent le pas au Burkina Faso, car l’efficacité de cette initiative ne fait plus aucun doute, contrairement aux pays africains qui abritent les bases militaires occidentales et qui ont une présence massive de soldats, les attaques terroristes sont également élevées, mais elles ne touchent pas seulement les frontières, elles ont également lieu au centre du pays, contrairement au Burkina Faso.

Le plan occidental, c’est que le Burkina Faso doit tomber, mais c’est loin d’être gagné !

2. Nigeria: les USA et Twitter face à un mur !

Les réseaux sociaux en tant qu’arme de guerre et de déstabilisation !

Au Nigeria, le gouvernement a bloqué l’accès à Twitter depuis plusieurs semaines. Les ONG de défense de la liberté d’expression se sont alors tournées vers la communauté internationale pour demander de l’aide.

Après que Washington ait envoyé les ONG contre le Nigeria, celles-ci ont maintenant fait appel au Commonwealth pour rétablir le réseau Twitter dans le pays. D’après les propos de la secrétaire générale de l’organisation intergouvernementale, Patricia Scotland, le Commonwealth suit « de très près » les développements autour de cette suspension.

Le 6 juin dernier, le Socio-Economic Rights and Accountability Project (SERAP), une ONG à but non lucratif, avait prié Patricia Scotland d’intervenir en faveur d’un retour de Twitter au Nigeria. En réponse à ces sollicitations, Roger Koranteng, coordonnateur de la gouvernance et de la paix pour le Commonwealth, a signé au nom de la secrétaire générale une lettre adressée au SERAP.

« Sachez que le secrétariat reste engagé auprès des autorités nigérianes et encourage une résolution rapide de cette affaire », peut-on y lire. Elle a également rappelé que la liberté d’expression est l’une des valeurs et l’un des principes fondamentaux de la Charte du Commonwealth, que tous les pays membres, y compris le Nigeria, se sont engagés à défendre.

Pourtant, dans les faits, l’organisation intergouvernementale ne semble pas avoir obtenu plus d’avancées que les chancelleries s’étant prononcées sur la situation.

Pour rappel, le réseau Twitter a été suspendu, car son patron a été accusé par le gouvernement nigérian d’avoir largement contribué à l’intensification et financé les manifestations END SARS, qui ont par la suite visé à renverser le gouvernement en place.

D’ailleurs, ce ne sont pas tous les réseaux sociaux qui sont suspendus dans le pays, pour que l’axe occidental commence à ramener le prétexte de la liberté d’expression dans cette affaire.

Pourquoi ces ingérences étrangères autour de la question de Twitter ?

Les accusations contre le réseau Twitter sont pourtant graves et méritent que des enquêtes approfondies aient lieu. Car évidemment, le Nigéria n’est pas le seul pays à s’être attaqué contre les réseaux sociaux occidentaux qui gèrent la toile. Plusieurs pays à travers le monde, surtout les pays qui tiennent tête sans courber l’échine aux diktats imposés par les Occidentaux, car comme on le sait tous, les révolutions provoquées commencent avec l’aide et la large contribution des réseaux sociaux comme Twitter.

Ce qui fait que beaucoup de pays ont limité ou même suspendu les différents réseaux sociaux qui attisent les conflits et les divisions au sein des pays, particulièrement en Afrique.

Dans un contexte d’offensive de panique de la part des Occidentaux sur le continent africain, avec des assassinats ciblés de chef d’État, d’offensives terroristes, ou des tentatives de coup d’État, les pays du continent se tiennent sur leur garde. Le danger est bel et bien à leur porte, mais les mesures prises ne plaisent évidemment pas à l’Occident, car elles contrent ces tentatives offensives.

D’autant plus que les pays africains savent maintenant qu’ils ne mènent pas le combat contre l’impérialisme seuls. Beaucoup d’autres pays en dehors du continent africain comme les pays du bloc de l’Est dont l’Iran, la Russie ou encore la Chine accompagnent l’Afrique dans cette lutte et la balance penche vers le continent africain. L’Occident perd pied en Afrique, et ce ne sont pas les prétextes de liberté d’expression ou de droit de l’Homme largement bafoués par les pays occidentaux qui vont arriver à déstabiliser l’Afrique ou encore le Moyen-Orient.

3. RCA: le chantage à l’embargo bat son plein !

Le Conseil de sécurité a prolongé d’un an l’embargo sur les armes contre la République centrafricaine. Comment décrypter cette décision ? Est-ce du chantage contre la Centrafrique ? Analyse du géopoliticien Luc Michel.

Source: Press TV Français

Liban: fin de l’impunité israélienne

Liban: fin de l’impunité israélienne

Télécharger 📥

Une base militaire israélienne, située au niveau des territoires occupés des fermes de Chebaa, a été frappée par un essaim de roquettes.
Dans un communiqué, publié par le site web d’al-Ahed, le Hezbollah a écrit : « En riposte aux frappes aériennes israéliennes menées dans la nuit de jeudi à vendredi contre des zones ouvertes dans les régions d’al-Jormaq et d’al-Shawakir, les groupes Ali Kamel Mohsen et Mohammed Qassem Tahhan, affiliés à la Résistance, ont bombardé vendredi 6 août à 11H15 (heure locale) des zones près des positions de l’armée de l’occupation israélienne. »
Comment évaluez-vous cette redoutable riposte de la Résistance libanaise ?

Ghada Houbballah, géopoliticienne à l’Université islamique du Liban nous répond.

Source: Press TV Français

Gantz en débandade face aux roquettes 122mm, veut attaquer l’Iran

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)
Israël : « Hezbollah nous a choqué » (Photo à titre d’illustration)

Selon Al-Manar, le média israélien, Israel Hayom a rapporté : « Une fois de plus, les services de sécurité israéliens se sont trompés dans leurs estimations ; en effet, ils avaient estimé mardi que le Hezbollah ne réagirait pas à l’attaque israélienne contre le Liban. Comme ils avaient prédit que le Hamas ne réagirait pas aux événements de la mosquée Al-Aqsa. »

L’analyste israélien Tal Ram a déclaré que la réponse du Hezbollah a été une énorme surprise pour les services de sécurité israéliens qui ne s’attendaient pas à une réponse de la part du Hezbollah à la frappe aérienne israélienne contre le Liban.

Les médias sionistes ont également rapporté que la réponse du Hezbollah était en grande partie surprenante pour les établissements de la sécurité israélienne.

« Le succès du Hezbollah à tirer des roquettes sur le nord d’Israël sans que les autorités du régime obtiennent la moindre information est un échec majeur qui devrait faire l’objet d’une enquête », a déclaré le correspondant de Haaretz.

Les médias israéliens ont fait part de la crainte du Premier ministre israélien, Naftali Bennett d’entrer dans une confrontation directe avec le Hezbollah et du renversement de son cabinet.

Lire aussi : Une seconde Épée de Qods en préparationLiban: fin de l’impunité israélienneUne base militaire israélienne, située au niveau des territoires occupés des fermes de Chebaa, a été frappée par un essaim de roquettes.

Selon Al-Mayadeen, l’armée sioniste a déclaré : « Ce n’est pas dans notre intérêt d’affronter et de faire la guerre, et nous essaierons de ne pas faire du Liban une ligne de conflit. »

D’autre part, les médias israéliens citant un responsable de la sécurité du régime sioniste ont annoncé que l’armée de ce régime menait depuis quelques jours, des attaques au Liban, ce qui ne s’était pas produit depuis plusieurs années.

Le responsable sioniste a déclaré que les établissements de sécurité du régime recherchaient des options de réponse supplémentaires en fonction de l’évolution de la situation sécuritaire et que la poursuite de l’opération dépendait des besoins d’Israël.

Lire aussi : Le Sud Liban bombardé par les F-16 israéliens… la redoutable riposte du Hezbollah?

Il est à rappeler que le Hezbollah libanais a lancé aujourd’hui des attaques à la roquette contre Israël. La Résistance libanaise a publié un communiqué annonçant qu’à 11h15 (heure locale) aujourd’hui (vendredi), des dizaines de roquettes avaient été tirées contre les zones à proximité des bases du régime sioniste dans les fermes de Chebaa.

Selon la chaîne Al-Manar, le communiqué indique : « En riposte aux frappes aériennes israéliennes menées dans la nuit de jeudi à vendredi contre des zones ouvertes dans les régions d’al-Jormaq et d’al-Shawakir, les groupes Ali Kamel Mohsen et Mohammed Qassem Tahhan, affiliés à la Résistance, ont bombardé vendredi 6 août à 11H15 (heure locale) des zones près des positions de l’armée de l’occupation israélienne dans les hameaux de Chebaa par des dizaines de roquettes 122mm. »Israël/Liban: la redoutable riposte du HezbollahLiban: Israël angoisse à l

Source: Press TV Français

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :