A la Une

La Russie : le dernier vrai rempart du christianisme. La propagande LGBT est interdite pour protéger les enfants contre la théorie du genre et la pédophilie

La Douma, organe parlementaire de Moscou, a adopté une nouvelle loi contre la diffusion et l’imposition de la culture gay

Écrit par Fabio Giuseppe Carlo Carisio. Publié à l’origine par Veterans Today

Version originale en italien ICI

Juste au moment où la Coupe du monde, l’un des événements médiatiques les plus suivis et les plus populaires de toute la planète, devient l’agone d’un conflit entre les valeurs conservatrices des traditions religieuses, qui ont guidé la spiritualité humaine au cours des millénaires, et la propagande LGBTQ la plus vulgaire a germé dans un cercle aussi puissant qu’il l’était au cours des vingt dernières années du règne du Nouvel Ordre Mondial, la Russie, exclue du même championnat pour son opération militaire spéciale en Ukraine car elle aurait dû être imposée également aux États-Unis, pour leur occupation permanente de la Syrie, franchissent une nouvelle étape symbolique pour protéger l’enfance de la contamination de la « théorie du genre » décousue.

Cette culture devrait en fait être définie comme « No-Gender » car elle nie la distinction sexuelle biologique au point de commencer à théoriser le paradoxe psycho-physique du genre fluide, le « genre flottant ».

Alors que les footballeurs allemands pendant l’hymne national se taisent pour la censure par la FIFA du brassard de capitaine « One Love », promu par l’UEFA dans l’Union européenne dominée par l’élite transhumaniste de George Soros, puis ils voient leur football viril humilié sur le pitch par des joueurs japonais minces (finale 1 à 2), la Douma, la chambre basse du parlement de la Fédération de Russie, soutient la volonté du président Vladimir Poutine et durcit les lois sur la diffusion de matériel gay pour empêcher que l’âme pure des enfants soit confus par une campagne de martèlement.

Il s’agit avant tout, expliquent les législateurs, d’arrêter la propagation d’une idéologie qui promeut les relations sexuelles non traditionnelles, la pédophilie et les informations susceptibles d’inciter quelqu’un à se faire opérer de changement de sexe, comme celle encouragée dans les vidéos sur YouTube par médecins du Boston Children’s Hospital.

Malheureusement pour Disney et heureusement pour les mineurs d’âge (et de développement émotionnel), le célèbre dessin animé Proud Family basé sur un couple homosexuel et qui est devenu amèrement connu pour le baiser interracial entre deux hommes, à Moscou et dans les environs, ne peut pas être projeté, si vous le faites ne veulent pas encourir de lourdes sanctions qui pourraient être renforcées (ceux de la réglementation déjà en vigueur varient de 5 000 à 50 000 roubles, de 80 euros à 800).

MOSCOU À LA DÉFENSE DES VALEURS TRADITIONNELLES

Les législateurs ont rappelé les valeurs traditionnelles, toujours prônées par le président Poutine, et ont donc fait de la Russie, avec son Église orthodoxe sans compromissions internationales, l’un des derniers bastions du christianisme sur terre alors que règne déjà l’odeur de soufre d’une apocalypse imminente.

Une apocalypse imminente non pas tant pour les guerres déclenchées et menées en toute impunité par l’OTAN (comme en Syrie) ou provoquées par elle, comme en Ukraine, mais pour cette dégénérescence totale des fondements éthiques, qui ont permis à l’humanité de surmonter les pires événements géopolitiques calamités et naturelles de l’histoire de la planète, bien décrites par les paroles adamantines du guide spirituel du christianisme ressuscité au pays des tsars Romanov, après leur décapitation préméditée par la franc-maçonnerie occidentale avec l’établissement de l’athéisme communiste.

« Si l’humanité reconnaît que le péché n’est pas une violation de la loi de Dieu, si l’humanité convient que le péché est l’une des options pour le comportement humain, alors la civilisation humaine s’arrêtera là ».

Le patriarche de Moscou Kirill a utilisé ces mots pour réfuter la rhétorique bon enfant de l’Occident qui accuse le Kremlin d’avoir déclenché le conflit en Ukraine, provoqué en réalité en 2014 par le coup d’État sanglant de Soros et de certains pays de l’OTAN à Kiev, d’où il est né la guerre civile dans le Donbass avec le génocide de 5 000 civils pro-russes dans les républiques séparatistes de Donetsk et Lougansk que l’armée de Poutine est intervenue pour protéger.

Pour comprendre l’hypocrisie de ce moment, deux chiffres suffisent :

  • la révolution orange financée par l’ambassade des États-Unis (ainsi que celles du Royaume-Uni et des Pays-Bas) : 100 morts parmi les manifestants et les policiers en raison de tirs sur des tireurs d’élite mercenaires avec le modus operandi de ceux de la CIA qui ont agi en 2002 à Caracas, au Venezuela.
  • l’annexion de la Crimée à la Russie a été votée par un plébiscite de la population en liesse.

Cet incident de géopolitique militaire devrait suffire à faire taire ces soi-disant chrétiens comme le père Livio Fanzaga, directeur de Radio Maria, qui, oubliant d’être à la tête du diffuseur Reine de la paix, est apparu à Medjugorje (avec la reconnaissance officielle de la Commission Ruini de l’Église catholique des premières apparitions) propage la haine viscérale anti-Poutine en se dopant quotidiennement de la désinformation diffusée par les journaux grand public financés par les différents partenaires mondialistes de l’OTAN.

L’Alliance atlantique est aujourd’hui plus que jamais le bras armé du Nouvel Ordre Mondial qui, afin de détruire tout héritage culturel du christianisme, en Afrique et au Moyen-Orient a créé, entraîné et armé des guérilleros de l’EI (sans surprise également recrutés par le président ukrainien Volodymyr Zelensky aux côtés des néo-nazis du bataillon Azov pour protéger le régime de Kiev) qui exterminent les chrétiens (voir le dernier rapport de la Fondation pontificale d’aide à l’Église en détresse-ACN) les forçant à émigrer vers le Vieux Continent où il se trouve une colossale opération de métissage culturel est en cours qui n’a rien à voir avec la suppression de la discrimination raciale et religieuse mais est un projet diabolique d’anéantissement de la conscience spirituelle humaine.

L’IDOLE PÉDOPHILE DES COMMUNAUTÉS LGBT ITALIENNES

Si Mario Mieli, idole de la communauté LGBTQ italienne (à laquelle de nouvelles lettres d’orientation sexuelle s’ajoutent chaque jour alors qu’il a déjà plus de 19 ans à San Francisco), dans les années 70, il est devenu célèbre comme l’un des premiers homosexuels travestis peut remercier la tolérance du christianisme qui accorde à chaque être humain le « libre arbitre » de choisir de faire vœu d’aller au paradis ou en enfer.

C’est pourquoi chaque être humain DOIT être libre de choisir sa propre identité sexuelle et NE PEUT PAS ÊTRE PUNI par un État pour son choix d’homosexualité comme cela se produit dans certains pays gouvernés par l’intégrisme islamique où il risque même d’être pendu.

Mais en même temps, il ne DOIT PAS avoir le droit de « faire du prosélytisme » auprès d’enfants innocents chez qui les facultés de discernement émotionnel, rationnel, spirituel et moral ne sont pas encore pleinement mûres.

La Russie a inscrit dans une loi justement ceci : vivez votre sexualité comme bon vous semble mais n’osez pas propager une déviance sociale telle que la tendance LGBTQ, heureusement très marginale parmi 8 milliards d’êtres humains qui continuent majoritairement à procréer grâce à l’union homme-femme et non le scandale des ventres loués.

Si le Circolo Mieli reçoit des fonds publics pour promouvoir la culture du NON-genre, qui nie le sexe biologique au profit de la promotion d’une dysphorie de genre visionnaire, exaspérante et paranoïaque chez les enfants, il peut remercier la culture du Parti démocrate qui, dans le mortel triangle RomeWashingtonBruxelles, ne se soucie même pas du fait que le trans Mario ait publié des œuvres littéraires encore plus progressistes dans lesquelles il libère déjà la PÉDOPHILIE.

C’est précisément la pédophilie qui est l’une des dérives criminelles, en l’occurrence, de plus en plus en hausse aux États-Unis et dans l’UE, précisément à cause de la libéralisation morale et de la propagande obsessionnelle de certaines maladies psychiatriques du passé, comme l’homosexualité et la nymphomanie, sont devenus l’humus culturel de l’enracinement de l’hypersexualisation des enfants, éduqués dans les écoles britanniques à se toucher pour éprouver un plaisir totalement indépendant des sentiments et dans les écoles italiennes à réfléchir à la bipolarité érotique intrinsèque à la philosophie No-Gender.

LA LOI DE POUTINE CONTRE LA PROPAGANDE LGBT SIMILAIRE À CELLE DE DESANTIS AUX USA

Poutine, l’un des plus grands hommes d’État du troisième millénaire ou peut-être le seul, avec toutes les limites de sa fragilité humaine qui l’ont amené à admettre, devant les mères des soldats tués en Ukraine, qu’il avait été trop patient avant d’intervenir dans le Donbass dans l’espoir que la dignité des pro-russes soit reconnue par Kiev dans le cadre des accords de Minsk, il a dit non à tout cela (ci-dessous le détail de la loi dans l’article du TASS).

Mais il n’est pas le seul. Comme nous l’avons rappelé dans l’enquête précédente sur les dessins animés de propagande LGBT de Disney et la série télévisée RAI (sanctionnée pour cette raison par le Comité des médias et des mineurs), un autre politicien a pris la même décision de contester la culture transgenre.

C’est le gouverneur de Floride Ron DeSantis, le républicain récemment confirmé à la tête de l’un des plus beaux États des États-Unis d’Amérique qui ne cache pas le rêve de se présenter aux élections présidentielles de 2024 où il pourrait effectivement faire meilleure impression que Donald Trump..

Grâce à son tempérament d’ancien militaire de la Marine et son expérience judiciaire au JAG (Advocate General’s Corps), le tribunal militaire du corps, il a édicté une nouvelle disposition législative en la matière, mais limitée au milieu scolaire.

Surnommée le projet de loi « Ne dites pas gay » par les médias mainstream, la législation de DeSantis a été conçue simplement pour donner aux parents une voix plus large sur ce qui est enseigné dans les salles de classe, mettant fin à la promotion de l’idéologie de l’éveil du genre dans les écoles de Floride, qui a été imposée aux enfants dès l’âge de cinq ans.

LA PRÉPARATION DES ENFANTS AU TRANSHUMANISME ENTRE LGBT & VACCINS

« Les efforts pédagogiques de gauche pour introduire l’idéologie du genre dans la classe ont globalement échappé à l’attention des parents, qui commencent seulement à prendre conscience de son impact sur les enfants. Certains l’appellent « capture idéologique », d’autres l’appellent « grooming », » écrit le chroniqueur Ian Miles Cheong sur le réseau conservateur Russia Today.

Nous en avions parlé dans la précédente enquête de Disney sur la propagande LGBT qui, suivant les directives oppressives du Nouvel Ordre Mondial, a également été l’une des premières multinationales à offrir l’accès à ses parcs d’attractions avec une réduction de 20 % sur les vaccins anti-Covid.

Dans cette combinaison mortelle pour l’âme mais aussi pour le corps, étant donné que les enfants sont devenus des cobayes humains, ils n’ont pas besoin de sérums de gènes d’ARN messager car les vaccins Covid-19 sont plus dangereux pour leur système immunitaire lui-même, car les chiffres et des études en Italie et aux États-Unis attestent, est claire l’empreinte transhumaniste qui vise à remplacer les dogmes d’une Religion Révélée : le Christianisme.

La culture judéo-chrétienne authentique depuis des millénaires préserve avec toujours plus d’attention la dignité biogénétique humaine, avec les doctrines sociales du scientisme maçonnique qui ne seront dominées que par Mammon : c’est la richesse projetée pour garantir toute satisfaction voluptueuse, eugénique et érotique, et de permettre, par exemple, à deux homosexuels d’avoir un enfant grâce à la pratique de l’utérus à louer pour assouvir leur soif d’amour filial et je ne sais quoi d’autre, dans le secret du lit partagé par un enfant et deux pères…

Même le christianisme européen s’est laissé séduire par les excuses pro-LGBT des luthériens et de nombreux cardinaux et religieux catholiques, au point d’inciter même le pape François à assumer parfois des positions pastorales ambiguës en étant trompé par « l’Évangile selon Gates », mais en restant péremptoire en condamnant théologiquement la bénédiction des mariages homosexuels, déjà officiellement célébrée par l’église luthérienne.

C’est pourquoi les orthodoxes de l’Église russe sont aujourd’hui totalement libres d’exprimer leur identité culturelle traditionaliste et conservatrice, bien plus de celles de l’Église grecque de Constantinople sujette à de multiples compromis pour sa survie à Istanbul, la capitale de la Turquie gouvernée par des politiques liées aux extrémistes des Frères musulmans et aux progressistes LGBT de l’OTAN.

C’est pourquoi, avec les chrétiens évangéliques américains qui ne sont pas soumis au sionisme maçonnique et les catholiques qui ne sont pas séduits par les sirènes du progressisme catholique-maçon laïc, ils représentent un véritable rempart du christianisme.

Cependant, les chrétiens orthodoxes russes, du moins pour l’instant, ont l’avantage d’être protégés par la volonté du nouveau tsar de Moscou. Et, même si c’est choquant et tragique de l’écrire, par ses missiles nucléaires.

Tout cela devrait suffire aux chrétiens autoproclamés, qui comme le père Livio dénigrent Poutine en lisant les médias mainstream déterminés à réciter les mêmes mensonges sur l’Ukraine à propos de la bonté bioéthique des vaccins anti-Covid et de la communauté LGBT, de faire un examen de conscience qui pourrait aussi les amener à revoir les rôles du « bien et du mal » sur la guerre du Donbass où, comme je l’avais prédit le 22 février 2022, deux jours avant l’escalade du conflit entre Kiev et Moscou, les premiers signes de l’Apocalypse prophétisé par saint Jean apparut, évangéliste distingué et fervent apôtre de Jésus-Christ, au pied de la croix.

Ce n’est pas par hasard qu’il est le seul disciple récompensé par un passage au Ciel sans martyre.

Cliquez pour voir l’image en taille réelle

La Douma adopte une loi interdisant la propagande LGBT en Russie

Par TASS – Agence de presse russe

La Douma d’Etat a approuvé jeudi en troisième lecture un projet de loi interdisant la propagande qui promeut les relations sexuelles non traditionnelles, la pédophilie et les informations susceptibles d’amener quelqu’un à demander une opération de changement de sexe.

Le projet de loi interdit la propagande LGBT dans les médias, sur Internet, ainsi que dans les publicités, les livres et les films. De plus, tout appel au changement de sexe parmi les mineurs sur Internet, dans les médias et dans les livres, les services audiovisuels, les films et les publicités sera interdit.

En plus de cela, les films contenant du matériel de propagande faisant la promotion de relations ou de préférences sexuelles non traditionnelles seront interdits de projection. En vertu de l’interdiction, les enfants auront un accès limité aux informations LGBT sur les plateformes audio ou vidéo payantes. Par exemple, les téléspectateurs seront invités à entrer un code ou à prendre d’autres mesures pour vérifier leur âge. Les moins de 18 ans ne pourront pas accéder aux informations LGBT.

Le projet de loi prévoit également une interdiction de vendre des marchandises, y compris des articles importés, qui contiennent du matériel qui est administrativement ou pénalement responsable de la diffusion de toute information de ce type. Une disposition sur la propagande des relations sexuelles non traditionnelles, la pédophilie et les informations susceptibles d’inciter les mineurs à demander une chirurgie de changement de sexe seront ajoutées à la loi protégeant les enfants de toute information portant atteinte à leur santé ou à leur développement.

Le Service fédéral de surveillance des communications, des technologies de l’information et des médias (Roskomnadzor) aura le droit de formuler la procédure de surveillance en ligne pour détecter tout accès à l’information, qui devrait être limité en vertu de la loi fédérale sur l’information. Une entité spéciale autorisée par le gouvernement sera chargée de ce suivi.

Environ 400 législateurs, dont le président de la Douma Viatcheslav Volodine, sont parmi les auteurs du projet de loi. Comme Volodine l’a noté lors d’une réunion précédente, le projet de loi est approuvé exclusivement dans l’intérêt des Russes.

« Nous suivons une voie différente choisie par nos grands-parents et arrière-grands-parents. Nous avons des traditions, et nous avons une conscience, et nous comprenons que nous devons penser à nos enfants, à nos familles et à notre pays afin de préserver et de protéger [les valeurs que] nos parents nous ont transmises », a-t-il souligné.

Taduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :