A la Une

Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique contre la Russie endommagent l’Europe: Moscou

Le sacrifice de l’Europe pour sauver les Etats-Unis d’Amérique de la banqueroute est immense. Par exemple, au nom de quel principe économique les populations européennes devraient-elles se chauffer en achetant du gaz plus cher, alors qu’une solution moins coûteuse existe?

Les leaders européens lancent symboliquement le flux de gaz à travers le gazoduc Nord Stream de la mer Baltique lors d’une cérémonie le 8 novembre 2011 à Lubmin, en Allemagne.

La Russie a averti que l’Europe serait la seule à souffrir des sanctions unilatérales des États-Unis d’Amérique contre Moscou puisque les sanctions visent uniquement à promouvoir les intérêts commerciaux de Washington.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré vendredi que l’Europe était obligée de payer pour les sanctions anti-russes des Etats-Unis d’Amérique, car ces sanctions « portent gravement atteinte à l’économie mondiale ».

« Les entreprises européennes doivent payer pour de telles actions; les producteurs d’autres régions du monde remplacent les producteurs de l’UE sur le marché russe. Les Etats-Unis d’Amérique ne subissent aucun dommage, au contraire », a ajouté M. Lavrov.

Il a fait ces remarques alors que Washington renforçait son opposition à un gazoduc, connu sous le nom de Nord Stream 2, qui est un gazoduc extracôtier qui permettrait de transférer le gaz directement de la Russie via la mer Baltique. Le gazoduc augmentera la dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Russie pour l’approvisionnement en gaz.

Jeudi, la diplomate des Etats-Unis d’Amérique Sandra Oudkirk a déclaré à Berlin qu’en tant que projet énergétique russe, le pipeline pourrait faire face aux sanctions des Etats-Unis d’Amérique.

Moscou a réagi immédiatement, déclarant que les efforts des Etats-Unis d’Amérique étaient «un effort grossier pour entraver un projet énergétique international qui joue un rôle important dans la sécurité énergétique».

Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a également déclaré vendredi que les Etats-Unis d’Amérique cherchaient à consolider leurs propres exportations.

Altmaier, un proche allié de la chancelière allemande Angela Merkel, a défendu la construction du pipeline et a prévenu que l’Europe répondrait fermement aux tentatives de Washington de placer ses propres intérêts économiques avant ceux des partenaires.

La chancelière allemande Anela Merkel (à gauche) et le président américain Donald Trump tiennent une conférence de presse commune à Washington, le 27 avril 2018. (Photo: AFP)

« Les Etats-Unis d’Amérique sont nos amis et partenaires, et nous voulons défendre nos valeurs communes », a-t-il dit, « mais si l’Amérique est la première, et qu’ils mettent leurs intérêts économiques avant les autres, ils doivent s’attendre à ce que les pays d’Europe définissent leurs propres intérêts et se battront pour eux. »

Selon des responsables allemands et états-uniens d’Amérique, le président des Etats-Unis d’Amérique Trump a demandé à Merkel le mois dernier d’abandonner son soutien au projet pour éviter une guerre commerciale transatlantique.

Les analystes affirment que Washington s’oppose au gazoduc parce qu’il pense que le projet rendrait l’Ukraine et les autres alliés des Etats-Unis d’Amérique dans l’UE plus vulnérables aux pressions de la Russie. L’Ukraine est actuellement la principale route de transit pour le gaz russe dirigé vers l’ouest.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Nucléaire: les BRICS s’opposent aux sanctions unilatérales US contre l’Iran

Les BRICS s’opposent aux sanctions unilatérales américaines contre l’Iran. ©Reuters

Les cinq pays qui forment les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) s’opposent aux sanctions unilatérales des États-Unis contre l’Iran.

Le chef du bureau des BRICS au ministère russe des Affaires étrangères, Mikhail Kalugin, a rappelé l’opposition des BRICS à toute sanction unilatérale américaine contre l’Iran, disant que la réunion ministérielle de ce groupe en débattrait le 4 juin en Afrique du Sud.

Indiquant le fait que tous les membres des BRICS entretenaient des relations « très larges » avec l’Iran, le diplomate russe a ajouté qu’ils s’opposaient aux sanctions unilatérales que les États-Unis voudraient imposer aux pays faisant du commerce avec l’Iran, après leur retrait de l’accord sur le nucléaire iranien.

« Les BRICS sont contre l’ingérence dans les affaires intérieures des pays ainsi que l’utilisation des sanctions unilatérales “non constructives” et “inefficaces”. Nous défendrons le droit des nations à développer leurs relations avec les pays qu’ils le souhaitent », a-t-il indiqué.

Font partie des BRICS, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud qui représentent à eux seuls 44 % de la population mondiale et pèsent 25 % du PIB mondial.

La notation financière de l’Iran auprès des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a augmenté, revenant à son niveau d’avant les sanctions internationales.

Le vice-président du Fonds de garantie des exportations d’Iran (EGFI) a déclaré que la notation financière de l’Iran auprès des pays émergents membres des BRICS était retournée à son état d’avant les sanctions internationales contre le pays.

Arash Shahraini a déclaré ce dimanche à l’IRNA que « dans le classement de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), l’Iran était dans le groupe 6. Au sein des BRICS, la notation financière du pays est entre 3 et 5, ce qui correspond aux notes d’avant la période des sanctions internationales ».

« L’OCDE compte des pays avancés, mais aussi des pays émergents qui, pour accorder leurs politiques commerciales dans la garantie des exportations et des prix, a défini un classement des pays selon leur notation financière, afin de créer une concurrence plus juste et plus saine », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter :

« Font partie des BRICS, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud qui représentent à eux seuls 44 % de la population mondiale et pèsent 25 % du PIB mondial. Depuis l’accord nucléaire, l’Iran a une meilleure notation par rapport au passé. Par exemple, dans le classement du Fonds de garantie des exportations de l’Inde, dont les notes varient de 1 à 7, l’Iran est classé dans le groupe 3. »

Dans le classement de l’OCDE, la note de l’Iran est passée de 7 à 6. Les pays qui ont une qualité de crédit plus élevée peuvent être sollicités pour des investissements durables.

Ces grilles de notation constituent une aide à la décision lors d’un projet d’investissement. En règle générale, plus la notation financière est basse, plus la prime de risque censée couvrir le risque de perte sera élevée.

Le président américain Donald Trump a annoncé, le mardi 8 mai, le désengagement américain de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

En réaction à cette décision de Trump, les dirigeants britannique, allemand et français, Theresa May, Angela Merkel et Emmanuel Macron, ont réclamé le maintien de l’accord nucléaire et le respect de ses clauses par tous les signataires.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a souligné, dans le cadre de 11 rapports, que la RII a tenu ses engagements envers le Plan global d’action conjoint (PGAC).

Alors que Donald Trump qualifie de « pire accord jamais conclu » l’accord sur le nucléaire iranien et qu’il s’en est retiré, l’Union européenne ne ménage aucun effort pour le maintenir. Les dirigeants européens estiment qu’ils n’existe pas un simple mécanisme pour protéger les entreprises et banques européennes face aux sanctions américaines.

Les dirigeants des 5 puissances émergentes des Brics se sont réunis à Xiamen, dans le sud-est de la Chine, le 4 septembre 2017 ©A

Les dirigeants des puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont exprimé leur soutien ferme au Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien. Ils ont appelé à ce titre toutes les parties respectives à tenir leurs engagements en faveur de l’accord Iran/5+1.

 » Nous soutenons fermement l’accord sur le nucléaire iranien et demandons à tous les interlocuteurs de l’accord de respecter au pied de la lettre leurs engagements envers cet accord international avec pour but d’établir la stabilité et la paix à travers le monde « , ont souligné les cinq pays dans une déclaration commune lors d’un sommet les réunissant à Xiamen, dans le sud-est de la Chine.

Ils ont par ailleurs promis de jouer un rôle de taille dans la stabilité du Moyen-Orient et dans les conflits israélo-palestiniens.

Ils ont affirmé soutenir un projet de réformes au sein de l’ONU et l’adoption de mesures strictes vis-à-vis des groupes terroristes. Les membres des BRICS se sont également mis d’accord sur une coopération conjointe dans la lutte anti-terroriste.

Ils ont également « désapprouvé fortement » lundi 4 septembre le sixième essai nucléaire de Pyongyang, appelant à un règlement pacifique de la crise actuelle autour du programme nucléaire nord-coréen.

Source: Press TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :