A la Une

Pourquoi les Etats-Unis d’Amérique visent la Chine alors que la crise submerge le Venezuela

Washington reconnaît Juan Guaido comme président par intérim du Venezuela, mais il n’a pas réussi à déloger son dirigeant, Nicolas Maduro. Photo: AFP
  • Washington accuse Pékin de soutenir un dictateur dans son arrière-cour traditionnelle, inquiétudes soulevant des risques pour les investisseurs chinois, selon des observateurs
  • La recherche montre que la Chine a intensifié ses investissements et son soutien au Venezuela alors même que d’autres pays ont tenté de se retirer

Alors que des dizaines de milliers de manifestants antigouvernementaux se sont affrontés avec les forces de sécurité dans les rues du Venezuela cette semaine, la pression ne visait pas uniquement le régime du dirigeant autoritaire assiégé [par des puissances prédatrices – MIRASTNEWS] Nicolas Maduro.

Plus au nord, à Washington, l’administration du président des Etats-Unis d’Amérique Donald Trump visait la Chine, principal soutien de Maduro et acteur de plus en plus important en Amérique latine, région que les États-Unis d’Amérique considèrent depuis longtemps comme leur arrière-cour [, alors même que ces derniers interviennent dans tous les pays du monde et ont implantés des bases militaires, en particulier pour tenter de neutraliser ou de prendre le contrôle de la Chine et surtout la RussieMIRASTNEWS].

LIRE AUSSI

Après l’échec du coup d’État au Venezuela, les responsables et les médias grand public tentent désespérément d’expliquer leurs raisons

Washington a reconnu le dirigeant intérimaire [autoproclaméMIRASTNEWS] du Venezuela, Juan Guaido, au poste de président par intérim, mais malgré le soutien de la rue [, moins important que celui de MaduroMIRASTNEWS], Guaido n’a pas réussi à renverser Maduro, au pouvoir depuis la mort de son prédécesseur, Hugo Chavez, en 2013 [, et récemment brillamment réélu démocratiquement, au suffrage universel lors de la dernière élection présidentielle, à laquelle Juan Guaido n’a même pas eu le courage de présenter sa candidature pour mesure l’ampleur réelle de sa popularité dans le paysMIRASTNEWS].

La Chine est sans conteste le plus gros soutien du régime, fournissant des armes et des prêts au Venezuela, comme de nombreux autres investisseurs se sont retirés [, comme les Etats-Unis le font un peu partout dans le monde, en particulier en Ukraine pour gêner la Russie qui ne revendique pas ce qui aurait pu être son arrière-cour ou en SyrieMIRASTNEWS].

La pression monte sur le leader vénézuélien, Nicolas Maduro. Photo: AFP

Mais les hauts fonctionnaires et les chefs militaires états-uniens [d’Amérique] prétendent que ce soutien revient à soutenir un dictateur [, alors même que la politique internationale des Etats-Unis d’Amérique s’appuie exclusivement sur le dictat, sans tenir compte des mesures, règles ou législations prises collectivement au niveau international et dans les instances des Nations UniesMIRASTNEWS]. Ils soumettent les investissements et les ambitions chinois dans la région à un examen encore plus minutieux. Les analystes estiment que Pékin devrait se garder d’exacerber [, afin de soutenir implicitement les actions bellicistes et prédatrices des Etats-Unis d’Amérique dans le pays bolivarienMIRASTNEWS].

S’exprimant lors d’une audience du Congrès des Etats-Unis d’Amérique mercredi, l’amiral Craig Faller, chef du commandement sud de la marine des Etats-Unis d’Amérique, qui supervise l’Amérique latine et les Caraïbes, a indiqué Pékin: « La Chine est le plus grand créancier de l’État du Venezuela, forçant les habitants à plus de 50 milliards de dollars de dettes et de technologies de surveillance exportatrices pour aider Maduro à réprimer son peuple. »

Le Venezuela envoie des véhicules «Rhinocéros» construits par la Chine pour réprimer les manifestations

Mercredi également, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo a accusé la Chine d’avoir posé un défi à Washington en matière de sécurité nationale.

Au cours d’une tournée dans plusieurs pays d’Amérique latine le mois dernier, Pompeo a déclaré: «La Chine et d’autres pays appellent de manière hypocrite à ne pas intervenir dans les affaires du Venezuela. Leurs propres interventions financières ont contribué à détruire ce pays.»

Des manifestants antigouvernementaux affrontent les forces de sécurité dans les rues de Caracas mercredi. Photo: AFP

Selon les statistiques du gouvernement états-unien [d’Amérique] et du Dialogue interaméricain basé à Washington, la Chine a intensifié ses investissements et son soutien au Venezuela alors même que d’autres pays ont tenté de se retirer.

Les investissements chinois au Venezuela ont essentiellement pris la forme d’accords «pétrole contre prêt». Au cours des 10 dernières années, la majeure partie des plus de 60 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique (DEUA) de prêts accordés par la Chine à ce pays riche en pétrole ont été investis dans le secteur de l’énergie, qui représente plus de 90% des exportations du Venezuela.

« M. Pompeo, vous pouvez vous arrêter »: la Chine réagit aux critiques

La Chine a également dépassé la Russie en 2013 pour devenir le plus important fournisseur d’armes du Venezuela, et a vendu pour 628 millions DEUA (ou $EUA) d’armes à Caracas entre 2000 et 2017, selon le Centre pour les relations stratégiques et internationales basé à Washington.

Le soutien de la Chine est inférieur à celui offert par les autres alliés du Venezuela, notamment la Russie, Cuba, la Turquie et l’Iran.

La Russie a envoyé deux bombardiers russes de longue portée à Caracas en décembre et deux autres appareils et environ 100 hommes le mois dernier, mais ses intérêts économiques, principalement par le biais de sa société pétrolière Rosneft, sont incomparables avec ceux de la Chine.

Le 29 mars, un avion chargé d’aide chinoise est aperçu à l’aéroport international Simon Bolivar de Maiquetia, au Venezuela. Photo: Xinhua

Néanmoins, le rôle de Pékin et de Moscou dans le maintien de Maduro au pouvoir a été exagéré, selon Ted Galen Carpenter, haut responsable de l’institut libertaire Cato.

Il a déclaré à l’Agence France-Presse que l’armée était un acteur essentiel dans la préservation du régime de Maduro et que Washington avait été surpris par le nombre modeste de défections.

LIRE PLUS

L’armée vénézuélienne défait la tentative de coup d’Etat par des soldats «manipulés»

« Les États-Unis d’Amérique étaient excessivement optimistes et l’administration et ses partisans continuent de présenter des excuses pour justifier le maintien au pouvoir de Maduro, notamment en exagérant considérablement le rôle de la Russie et de la Chine », a déclaré Carpenter.

La Chine pèse ses options sur la lutte pour le pouvoir au Venezuela

Jiang Shixue, directeur du Centre d’études sur l’Amérique latine de l’Université de Shanghai, a déclaré qu’il était absurde que Pompeo et d’autres responsables états-uniens [d’Amérique] se déchaînent contre la Chine.

«Les politiciens des Etats-Unis d’Amérique affirment que la présence de la Chine au Venezuela a porté atteinte à leurs intérêts nationaux et a invoqué les préoccupations de la Chine, de la Russie et de Cuba pour justifier l’ingérence de Washington dans la crise en cours au Venezuela. Ce genre d’allégations n’est-il pas une forme d’hégémonisme?

Mais Jiang a ajouté que Pékin devrait être conscient de la domination de Washington dans la région et de sa sensibilité et de son hostilité croissantes à l’égard des liens qui se nouent entre la Chine et les pays voisins, ce qui poserait des risques pour les investisseurs chinois. [Faudrait-il pour sauvegarder des intérêts chinois particuliers donner un blanc-seing aux EUA (USA) le droit de dépouiller les autres nations de leurs prérogatives régaliennes et de s’accaparer indûment des ressources et richesses des autres ? – MIRASTNEWS].

«Le facteur états-unien [d’Amérique]  sera de plus en plus important dans les relations de la Chine avec les pays d’Amérique latine. Le monde est assez grand et l’Amérique latine ne devrait pas devenir un champ de bataille pour la politique de la puissance entre Pékin et Washington», a-t-il déclaré.

«Il est encore difficile de prédire ce qui va se passer au Venezuela ou si une situation plus volatile pourrait en résulter. Mais une chose est certaine, ce sont les habitants du Venezuela qui en souffriront le plus. Je pense que les autres pays devraient s’abstenir de s’immiscer dans la crise au Venezuela.»

Jiang Shixue de l’Université de Shanghai a déclaré que Pékin devrait être conscient de l’hostilité de Washington à l’égard du réchauffement des relations de la Chine avec les nations de son arrière-cour. Photo: AFP

Chine et Russie, ou États-Unis d’Amérique et UE: qui soutient qui au Venezuela?

Huang Jing, expert états-unien à l’Institut d’études internationales et régionales de l’Université des langues et de la culture de Pékin, a également déclaré que la Chine devrait éviter toute confrontation avec le gouvernement Trump, qui était de plus en plus frustré par la diminution de son influence dans la région.

LIRE AUSSI

Pompeo rêve debout sur le Venezuela: « Si une action militaire est requise, ce sera ce que feront les Etats-Unis d’Amérique »

« Bien qu’il soit de plus en plus difficile pour la Chine de rester discrète, Pékin devrait essayer de répondre aux préoccupations de Washington et faire preuve de souplesse et de retenue [en laissant les vénézuéliens périr sous l’étreinte d’un prédateur féroce ? – MIRASTNEWS] afin d’éviter de contrarier ou de provoquer les États-Unis d’Amérique, en particulier en ce qui concerne sa campagne de propagande et de publicité », a-t-il déclaré.

Des enquêtes menées l’année dernière par Latinobarometro, une organisation de sondage d’Amérique latine, ont montré que la Chine était devenue plus populaire que les États-Unis d’Amérique au Venezuela et dans d’autres pays clés d’Amérique latine tels que le Mexique, l’Argentine et le Pérou.

Jiang a dit que les Etats-Unis d’Amérique profiteraient réellement des relations commerciales grandissantes de la Chine avec l’Amérique latine, car une Amérique latine plus développée et prospère sur le plan économique apporterait la paix et la stabilité à la région, ce qui était dans son intérêt.

« Nous devrions réfléchir à la manière dont la Chine et les États-Unis d’Amérique pourraient travailler ensemble pour puiser dans les énormes marchés de l’Amérique latine », a-t-il déclaré.

Shi Jiangtao

Cet article a été publié dans l’édition imprimée du South China Morning Post sous le titre: Les États-Unis d’Amérique s’adressent à la Chine pour soutenir Maduro
Cet article vous a plu? Partagez-le avec vos amis.

Traduction et commentaires : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : South China Morning Post

Maduro demande à l’armée de se préparer à repousser l’attaque des Etats-Unis d’Amérique sur le Venezuela

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, s’adressant aux troupes lors d’exercices militaires de cadets de l’Université militaire bolivarienne de l’État de Cojedes. © AFP / Présidence Vénézuélienne

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a accusé les États-Unis d’Amérique d’être à l’origine de la tentative de coup d’État qui a échoué, et a exhorté l’armée de son pays à se tenir prête à se défendre contre une intervention militaire des Américains.

Les troupes vénézuéliennes doivent «être prêtes à défendre le pays les armes en main si un jour l’empire nord-américain ose toucher cette terre, ce lieu sacré», a déclaré Maduro, s’adressant à des milliers de jeunes cadets sur un terrain d’entraînement à Cojedes.

«Nous ne sommes pas un pays faible ni sans défense. Nous sommes un pays doté d’une puissante force armée nationale bolivarienne qui devrait être plus unie et plus loyale que jamais.»

© AFP / Présidence Vénézuélienne

Mais pour le moment, les Etats-Unis d’Amérique « mènent une guerre non traditionnelle » contre le Venezuela car ils « veulent gouverner l’ensemble des [Amériques] », a déclaré le président.

     #EnVivo 📹 | Llegamos al Centro de Adiestramiento “G / J José Laurencio Silva”, en esto Cojedes, présentait les membres des Militaires de l’Université Militar Bolivariana. https://t.co/HPJJhogjnt

– Nicolas Maduro (@NicolasMaduro) 4 mai 2019

Washington tente de mettre en œuvre « un complot très coûteux en vue de détruire et de diviser nos forces armées de l’intérieur, avec l’aide d’un groupe de traîtres », a-t-il ajouté, évoquant la tentative de coup d’Etat manquée de mardi. . «Ils ont volé des mitraillettes et des fusils afin de les viser contre leurs propres militaires et leur peuple.»

© AFP / Présidence Vénézuélienne

Des affrontements ont eu lieu dans la capitale vénézuélienne, Caracas, au milieu de la semaine. Le président par intérim autoproclamé, Juan Guaido, et ses partisans ont tenté de prendre le contrôle du pays, avec l’aide de membres de l’armée.

La tentative de coup d’État a échoué en quelques heures, les forces armées ayant appuyé massivement le président élu Maduro et le public ne semblant pas disposé à appuyer la cause de l’opposition.

© AFP / Présidence Vénézuélienne

Depuis le déclenchement de la crise en janvier, Washington a totalement soutenu la revendication de pouvoir de Guaido. Il a introduit de sévères sanctions économiques et a menacé même une soi-disant « intervention humanitaire » visant à retirer le gouvernement socialiste du pouvoir au Venezuela, un pays riche en pétrole.

A LIRE ÉGALEMENT

Les minuscules forces anti-Chavez retirent Leopoldo Lopez de son assignation à résidence – Caracas réagit

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : RT

Message de Pompeo au peuple vénézuélien: « Le temps de la transition est maintenant » (VIDÉO)

© AP Photo / Andrew Harnik, Pool

Pompeo serait-il un disciple de la secte des « Rêveurs éveillés éternels »?

Mardi, l’opposition a échoué dans sa tentative de renverser le président vénézuélien, Nicolas Maduro. Selon un groupe local de défense des droits de l’homme, la tentative de coup d’État a dégénéré en violence et fait au moins 300 blessés.

Le secrétaire d’Etat des Etats-Unis d’Amérique Mike Pompeo a déclaré dans une vidéo s’adressant à la nation vénézuélienne samedi que « l’heure est à la transition », et que Washington servira de partenaire à part entière de l’Etat latino-américain « à chaque étape du processus ».

    Mon message au peuple vénézuélien est clair: les États-Unis d’Amérique sont à vos côtés dans votre quête de liberté et de démocratie. Votre courage et vos voix mettront le Venezuela sur la voie de la liberté et de la prospérité, et nous collaborerons avec vous à chaque étape du processus. #EstamosUnidosVE pic.twitter.com/poznzEPKYR

    – Secrétaire Pompeo (@SecPompeo) 4 mai 2019 г.

Il a exhorté le public vénézuélien à demander la destitution de Nicolas Maduro, affirmant qu’il devrait « exiger le retour de la démocratie » [par coup d’Etat du type de ceux initiés par les Etats-Unis d’Amérique – MIRASTNEWS].

LIRE PLUS: La crise au Venezuela concerne uniquement la domination régionale des États-Unis d’Amérique et non la démocratie – Journaliste

La déclaration de Pompeo intervient après que CNN eut annoncé vendredi que le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, les secrétaires à la Défense par intérim, Patrick Shanahan et le sous-secrétaire à la Défense, John Rood, s’étaient réunis ce jour-là à la première salle sécurisée du Pentagone pour que les hauts fonctionnaires mènent des discussions consacrées à la crise actuelle au Venezuela.

Le même jour, le radiodiffuseur a déclaré que la Maison-Blanche cherchait des moyens de fournir une aide financière au chef de l’opposition vénézuélienne, Juan Guaido.

Washington a souligné à plusieurs reprises qu’il n’avait pas exclu la possibilité d’une intervention militaire au Venezuela.

Plus tôt dans la semaine, l’opposition a tenté de renverser le président vénézuélien Nicolas Maduro. Un groupe local de défense des droits humains a par la suite indiqué que le coup d’État violent avait blessé au moins 300 personnes.

Les troubles au Venezuela ont secoué le pays depuis janvier, lorsque le chef de l’opposition, Juan Guaido, s’est autoproclamé président par intérim et a été reconnu par les États-Unis d’Amérique [comme président illégitime non-élu putschiste de type Pinochet du ChiliMIRASTNEWS] et par 54 autres pays.

Nicolas Maduro, reconnu comme président légitime par la Chine, la Russie et un certain nombre d’autres pays, a reproché à Washington d’avoir tenté de renverser son gouvernement et d’installer Guaido afin de s’emparer des ressources du Venezuela.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

Traduction, commentaires et Titre 2: Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputniknews

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :